Altitude Infrastructure rachète CitéVision. Est-ce le premier signe tangible d’un changement de stratégie des opérateurs aménageurs du territoire ?

Altitude Infrastructure vient d’annoncer l’acquisition de l’infrastructure fibre optique et câble de l’opérateur amiénois France CitéVision et de son activité de fournisseur d’accès internet grand public sous la marque CityPlay. C’est le premier véritable investissement  d’Altitude dans une boucle locale non issue d’un Réseau d’Initiative Publique (RIP). Un vrai changement donc pour cette entreprise. C’est peut-être aussi le premier signe tangible d’une possible révision de la stratégie des opérateurs aménageurs des territoires ? La concurrence, les initiatives grandissantes des Collectivités territoriales pour reprendre en main une partie de leurs devenirs numériques et la construction des réseaux de nouvelle génération, notamment en fibre optique, semblent les y pousser. C’est une bonne nouvelle !

Un nouveau modèle économique pour les RIP ?

De longue date, nombre d’acteurs comme d’observateurs du développement numérique des territoires plaident en effet pour un nouveau modèle économique des RIP. Longtemps fondées sur ce que j’appelle, avec un brin de provocation, des économies de BTP, les investissements numériques territoriaux peinent encore à se construire en fonction de vraies stratégies télécommunications aussi locales.

Maîtrise des ressources connectivités, services de proximité, fonctions enrichies des lieux d’intérêt publics, ou encore, par exemple, nouveaux outils de formation, je rappelais dans cet article quatre des clefs indispensables à actionner pour enrichir les modèles socio-économiques très haut débit des Collectivités Territoriales. Impossible d’avancer dans ces directions sans une vraie stratégie services. Il faut donc saluer la décision d’Altitude, une décision qui confirme d’ailleurs celles déjà prises via le développement du FAI Wibox.

Tout reste à faire en matière d’innovation services de proximité distribués sur les RIP

Beaucoup, quasiment tout, reste pourtant à faire en matière d’innovation services de proximité distribués sur les RIP. Pour preuve, aux discours désormais nombreux sur la nécessité d’innover en matière de services et d’usages, ne répondent malheureusement que peu de véritables décisions et expérimentations dans ces domaines.

Le communiqué d’Altitude Infrastructures en est d’ailleurs une nouvelle démonstration. On y lit « pour WIBOX l’opération est un tremplin pour apporter une réponse encore plus performante à la première demande des consommateurs en matière de très haut débit : la télévision de très haute qualité sur une offre fixe. » La TV haute qualité comme levier de développement local et comme retours sur investissements numériques publics ? J’ai plus qu’un doute… Il faudra donc que je demande à notre ami David El Fassy comment il compte agir pour, comme cela est affirmé dés introduction du communiqué de presse d’Altitude, « générer de la croissance sur les territoires« .

Il y a dix ans, les premiers réseaux FttH de France se construisaient. J’ai eu la chance de participer à ces chantiers sur Pau Pyrénées. Ils annonçaient les RIP d’aujourd’hui.

La prochaine frontière sera celle des proximités augmentées ! Ce sera celle de ces politiques territoriales « usages de proximité ». Ce sera celle des services d’intérêt public distribués sur les RIP, des nouveaux lieux de formation, de travail et d’échanges, ou encore par exemple d’économies locales réinventées, en particulier dans le commerce, les services et les centralités. Ils seront sinon les prochaines victimes de la troisième révolution industrielle en cours.

Il est urgent de relancer un ou des équivalents Pau Pyrénées 2003 dans ces directions. Qui ? Où ? Quand ?

« Pau » réveilles-toi !

 

 

 

3 commentaires sur « Altitude Infrastructure rachète CitéVision. Est-ce le premier signe tangible d’un changement de stratégie des opérateurs aménageurs du territoire ? »

  1. (Ce commentaire paraîtra probablement à coté de la plaque : je n’ai pas tout compris au film) :

    Mon idée est que les collectivités locales peuvent prendre la main par trois dispositions simples et pas très coûteuses :
    (1) Dégrouper toutes les lignes de leur territoire ;
    (2) Créer un VPN local ;
    (3) Créer un GIX départemental gratuit pour les flux montant des abonnées, coûteux pour les flux descendant de ceux qui saturent la bande passante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s