FTTH en zone rurale : un bilan du projet pilote d’ Aumont-Aubrac

Altitude Infrastructure vient de publier un communiqué de presse au sujet du projet pilote Ftth d’Aumont-Aubrac en Lozère inauguré en juin 2011. Pour Altitude, le bilan est positif.Techniques maîtrisées, coût de déploiement en baisse, calendrier tenu… Tout a fonctionné. Seul peut-être le nombre d’abonnés effectifs n’est pas encore à la mesure des attentes. Lire la suite « FTTH en zone rurale : un bilan du projet pilote d’ Aumont-Aubrac »

Un opérateur d’opérateurs THD rural : le groupe Altitude Infrastructure

Le groupe Altitude Infrastructure entend placer « le très haut débit au cœur des territoires ». C’est la promesse inscrite au fronton de sa page d’accueil Internet. C’est en effet l’une des rares entreprises, avec Covage et Axione notamment, à avoir osé le pari de l’aménagement numérique des zones peu ou pas denses. David El Fassy, DG du groupe Altitude Infrastructure, présente son groupe et sa stratégie. Il propose également un point sur un FAI partie intégrante du groupe, Wibox, dirigé par Thomas Gassiloud.

Parmi les 17 projets que le groupe gère au niveau national, dont Net64 déjà présenté ici, l’un d’entre-eux nous tient particulièrement à cœur , je pense en particulier à mes amis des Webdugévaudan qui se battent pour faire de la Lozère un département innovant en matière de très haut débit. Il s’agit de l’opération  d’Aumont Aubrac, plateforme expérimentale THD rurale retenue par le Gouvernement. Le groupe Altitude Infrastructure réalise en ce moment les travaux de construction de 530 prises Ftth. David El Fassy nous propose un point sur ce projet qui paraît confirmé, après l’Ain, Morcenx et d’autres, à quel point les courbes de prise d’abonnement sont fortes en zones blanches.

Le très haut débit en zone rurale est possible. Les exemples convergent pour montrer que l’économie de ces projets ne relève pas de la science fiction. Encore quelques astuces et coopérations à trouver, par exemple pour réduire les coûts de construction ou pour développer les usages locaux, et cette utopie de zones rurales inscrites dans l’invention de la socio-économie des services à 1 Gbps de demain sera tenable. Et, du fond des campagnes monta un cri, péréquationnnnnnn 🙂

A suivre demain la troisième partie de l’interview de David…