2014, année des investisseurs numériques avisés ?

Investisseur avisé, telle est la formule traditionnellement utilisée, par exemple par la Caisse des Dépôts et Consignation, pour désigner une démarche d’investissement d’intérêt général mise en oeuvre soit en appui à des politiques publiques, soit pour structurer un marché immature, soit encore en acceptant un horizon d’investissement plus long ou des risques plus élevés, le tout dans le respect des règles de la concurrence. Si je rappelle cette formule, à l’orée de cette année 2014, c’est parce qu’elle exprime pour moi quasi parfaitement les leviers à mobiliser pour réussir la socio-économie du très haut débit. Au moment donc où le plan très haut débit cherche encore son souffle et que le classement de la France en matière de performance débit internet se dégrade alors que, paradoxalement, le besoin de solutions modernes de services, notamment publics, augmente chaque jour davantage, 2014 sera t-elle donc enfin l’année de vraies annonces en matière d’investissements services très haut débit ? L’avenir le dira mais d’évidence des signes d’espoir existent. Lire la suite de « 2014, année des investisseurs numériques avisés ? »

E-services de proximités augmentées : place aux démonstrations !

IMG_0349Dans ce blog, comme dans les conférences auxquelles je suis invité ou dans mon dernier ouvrage, je signale régulièrement les lacunes actuelles en matière d’innovations services très haut débit et l’absence de volets dédiés dans la plupart des stratégies numériques. Les offres des opérateurs télécoms ne font que proposer des solutions de type ADSL sur un support fibre optique. Les pouvoirs publics ont décidé que ce volet ne relevait pas de leurs compétences, tout au moins en matière d’aménagement numérique. Ce double non-investissement constitue l’une des lacunes les plus pénalisantes non seulement pour rendre possible la construction des réseaux de nouvelle génération mais également pour moderniser les services publics et optimiser les dépenses associées. Le lancement d’un grand chantier services publics très haut débit associant l’Etat, des entreprises et des Collectivités Territoriales reste pour moi plus que jamais un complément à la fois logique et nécessaire à tout programme numérique. Modestement, en lien avec plusieurs start-up et entreprises françaises, je tente donc de travailler ces projets services. Le chantier a démarré voici quelques semaines ; il prendra plus d’ampleur en 2013. Il vise à mettre au point, à travers plusieurs sites d’expérimentations complémentaires, une typologie de bouquets de services de proximités augmentés utilisant des infrastructures réseaux fixes et mobiles de nouvelle génération. Lire la suite de « E-services de proximités augmentées : place aux démonstrations ! »

Nouveau monde numérique

imagesEn ces temps de lancement de missions, l’éditorial datée du 11 décembre 2012, du supplément du Monde « éco@entreprises » signé par Ph Escande résonne d’une musique particulière. Ph Escande y rappelle cette citation d’Antonio Gramsci, » Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître, et dans ce clair-obscur surgissent les monstres « . Et il rajoute « et les monstres sont à l’oeuvre. » A-t-il raison ? Chacun se fera son opinion mais sa formule résume en tout cas pour moi à merveille nos difficultés d’invention de ces nouveaux mondes physiques et numériques dont on attend encore la publications des bans de mariage. Lire la suite de « Nouveau monde numérique »

Le très haut débit ne serait –il donc pas un investissement si créateur d’avenir que cela ? Est-ce cette question qui est aussi implicitement au centre du dernier rapport sur le THD ?

L’excellent rapport consacré aux nouveaux services et usages permis par le très haut débit confirme nombre d’observations déjà connues. Pas encore de services THD discriminants en regard du haut débit, un modèle économique qui reste à inventer en France, des abonnés Ftth présentant des comportements finalement encore peu différents des ceux qui prévalent dans le Dsl… Si l’enjeu consistait à se donner des arguments pour différer les objectifs du plan national Très Haut Débit, on ne s’y serait sans doute pas pris autrement. Nul ne veut pourtant croire que telle est la vraie finalité de cette mission. On s’attachera donc plutôt, à travers ce rapport, à rappeler la force des leviers qui incitent à investir dans ces réseaux. On pointera aussi quelques-unes des contradictions qui demeurent. On observera notamment, via le prisme de l’analyse proposée sur la chaîne de valeur, la discrétion du rapport quant aux « bonnes raisons » des acteurs publics d’investir dans les réseaux optiques. Comme si le THD n’était définitivement en France qu’affaire de grands opérateurs. Or, à ce sujet, il est toujours aussi étonnant de voir, d’un côté, la qualité des démonstrations qui prouvent la fragilité des modèles économiques des opérateurs télécoms privés en matière de THD et, de l’autre, l’absence, tout au moins apparente, de réflexions, au niveau national, pour envisager des modèles alternatifs. A quand donc un nouveau rapport sur « le très haut débit, examen d’un scénario d’investissement alternatif de déploiement » ou « comment organiser et de réseaux de réseaux locaux organisés autour d’une plate-forme d’exploitation – commercialisation unique » ? Lire la suite de « Le très haut débit ne serait –il donc pas un investissement si créateur d’avenir que cela ? Est-ce cette question qui est aussi implicitement au centre du dernier rapport sur le THD ? »

Pour des Schémas de Développement des Usages Numériques Territoriaux

Du SDTAN au SDUNT, ainsi pourrait peut-être se résumer l’un des principaux enjeux de l’action publique en matière de société de l’information. Ou comment compléter les politiques numériques territoriales d’un volet services, usages et mise en cohérence des projets numériques de proximité ? Le vieux débat sur la poule et l’œuf en version Web. Lire la suite de « Pour des Schémas de Développement des Usages Numériques Territoriaux »

Peut-on innover dans les services Web en conciliant business, proximité et solidarité ?

C’est l’objectif du Crédit Agricole Pyrénées Gascogne et de sa nouvelle agence en ligne Tookam. Vaste projet qui ne pouvait que titiller ceux qui pensent que le Web est aussi un formidable moyen d’innover en matière de développement territorial.  Le DG de la Caisse Agricole Pyrénées Gascogne, Jean Philippe, et une partie de l’équipe de Tookam, Nicolas Layous et Jean-Pierre Etchegoyhen, ont accepté de nous présenter ce chantier ouvert depuis seulement le 1er avril. Et ne cherchez aucun poisson à retardement dans cette annonce ! Lire la suite de « Peut-on innover dans les services Web en conciliant business, proximité et solidarité ? »

Solutions et services très haut débit au menu du Gouvernement

Lors de son déplacement dans la Manche, notamment dans les locaux du groupe coopératif ACOME à Mortain, l’une des plus grandes SCOP de France, François Fillon a rappelé les objectifs du chantier national numérique. Près de 2 milliards d’euros  seront consacrés au déploiement des infrastructures de très haut débit, avec « l’objectif d’une couverture totale du territoire en 2025 ». Même si cette somme paraît bien faible en regard des besoins, estimés à plus de 30 milliards par la DATAR notamment, le Premier ministre entend assurer « sans attendre un véritable haut débit pour tout le monde », notamment pour les foyers qui ne disposent pas d’un accès ADSL de qualité suffisante.

Concernant la fibre optique, principale technologie très haut débit choisie, sept projets pilotes ont été retenus pour expérimenter cette technologie dans les zones les moins denses du territoire. François Fillon a indiqué souhaiter qu’ils se déroulent rapidement « pour que nous puissions en tirer les enseignements », avant l’ouverture des guichets de financement au cours du premier semestre 2011.

Investir enfin aussi massivement dans les services et contenus numériques

Dans le cadre des investissements d’avenir, près de 2,5 milliards d’euros seront également engagés pour développer les nouveaux usages et les contenus du numérique, « véritables gisements de croissance et d’emploi », note le Premier ministre. Trois nouveaux appels à projets sont lancés, sur les logiciels embarqués, la sécurité des systèmes d’information et les technologies de numérisation et de valorisation des contenus culturels, scientifiques et éducatifs. Les technologies numériques permettront également d’avancer sur l’un des chantiers prioritaires du Gouvernement, la dépendance, a annoncé François Fillon. Le développement de la médecine de proximité et de technologies facilitant le maintien à domicile des personnes âgées feront ainsi l’objet d’appels à projets au cours du premier trimestre 2011.

A suivre donc en espérant que ces annonces seront bien suivies d’effets.

Le discours en vidéo ici.