F. Bazin et A. Lagarde annoncent-ils une France du THD à l’arrêt ?

Fabien BAZIN, président de Niverlan, et Alain LAGARDE, Président de Dorsal, deux des sept RIP signataires de l’appel à la mobilisation générale pour le Ftth rural, viennent de publier une tribune libre qui appelle à nouveau à l’action. Nous la mettons ci-dessous à la disposition de tous.

Tribune_FBAL_pdf

Ces deux élus, engagés de longue date dans des réseaux d’initiatives publiques, en appellent notamment à une coopération accrue entre villes et campagnes articulée autour de vrais programmes socio-économiques numériques. Pour eux, l’économie numérique « tire plus de 25% de la croissance et représente plus d’1,15 millions d’emplois directs et indirects« . Ils estiment donc, à juste titre, que « plus qu’un outil technique, le numérique nous fait basculer dans une nouvelle société qui peut être riche d’avenir pour peu que soit garanti l’égal accès de tous au très haut débit« . Je partage ce point de vue.

La tribune de Fabien Bazin et Alain Lagarde confirme les positions prises par les 7 RIP signataires d’un mémorandum  qui a quelque peu agité le monde technique et politique à l’automne. Mais plus qu’une confirmation, sans doute faut-il aussi comprendre cette nouvelle initiative comme le signe d’un doute grandissant.

La France du THD à l’arrêt ?

En matière d’innovations numériques dédiées fibre optique, comme dans nombre d’autres domaines, l’ambiance n’est en effet pas à l’optimisme en ce moment en France. Quelques exemples… Marche arrière de certains opérateurs qui, à l’image de FREE, renoncent à honorer leurs engagements en matière de câblage otique d’immeubles de zones hyperdenses. Absence d’innovations services THD qui cantonne la fibre optique à des parts de marchés d’une dizaine de pourcent obèrant ainsi, à court terme, toute chance de développement optique en zones denses. Gestion de la crise limitée à des postures défensives d’austérité. La liste est longue. J’ai d’ailleurs beau lire, tenter de comprendre les signaux de fumées qui montent ici ou là dans les cieux encombrés de nos modèles socio-économiques, écouter le Président, observer… j’avoue ne pas comprendre. Pense-t-on, schématiquement, pouvoir faire repartir un pays avec un plan TVA ? Est-ce là LE signe, LA vision, L’objectif qui peut mobiliser les créateurs de tous bords de nos régions ? J’ai plus qu’un doute. Si l’on en reste aux seules mesures d’austérité actuelles, comment se repositionner face à des économies concurrentes mieux positionnées que nous en matière de politique industrielle, de consommation intérieure ou de coût de travail par exemple ? A quand donc de vraies décisions opérationnelles en matière d’investissements d’avenir et notamment d’innovation services et de développement numérique ? En 2013, semblent redouter F Bazin et A. Lagarde.

14 thoughts on “F. Bazin et A. Lagarde annoncent-ils une France du THD à l’arrêt ?

  1. As-tu remarqué que le sujet « Création d’Emplois Générés par le Déploiement du Très Haut Débit Partout & Pour Tous » est mystérieusement ignoré par TOUS ceux qui décident ?

    Pourtant… Pourtant, pour raccorder une zone industrielle en Champagne profonde, c’est 12 à 15 techniciens pendant 2 semaines… Pourtant, pour construire une colonne optique dans un immeuble des Hauts des Seine, c’est 3 techniciens pendant 2 jours… Pourtant, pour raccorder un abonné à la fibre à Pau ou ailleurs, c’est 2 techniciens pendant une demie-journée…

    Pourtant, l’équation est simple :
    Tirage de câble : 3 techs + Construction NRO/SRO : 4 techs + Raccordement Horizontal : 3 techs + Construction Vertical : 3 techs + Racc. Abonné : 2 techs = 15 techniciens, sans compter les contrôleurs, superviseurs, et autres chefs de projet.

    Ces chiffres sont la stricte vérité. En imaginant des solutions nouvelles, simplifiées, rapides et nécessitant moins de main d’oeuvre (réduction indispensable pour permettre le déploiement massif), on peut tabler sur 10 techs pour une plaque NRO, 2 techs pour chaque install. Vertical.

    L’écosytème est énorme : installateurs, contrôleurs, distributeurs, transporteurs; etc.

    Le déploiement massif du FTTH génére de-facto des créations d’emplois peu qualifiés; donc facilement accessibles au plus grand nombre des chômeurs. Donc, réduction du chômage, d’où réduction des charges, et création de valeurs.

    Je ne suis pas suffisament qualifié et cultivé pour faire moi-même le calcul. Tu peux…

  2. Tu sais que je suis en phase avec toi là dessus. Je suis assez étonné de la relative étroitesse du cadre général des débats et de la force de la seule voie de l’austérité actuelle. On économise, et on en a sans doute besoin, mais après ? On va se réveiller avec une immense gueule de bois non ?

  3. Exactement. C’est justement par les temps de disette qu’on se doit d’être créatif. L’axiome bien connu « Less is More » s’applique typiquement ici.
    Jamais on n’entend parler de créations d’emplois. Effectivement, on préfère augmenter la TVA…
    Ils parlent tous impôts, nous allons leur parler apps.

  4. J’aime assez les conclusions de l’article sauf la dernière sur le SDANT : la sortie politique par le haut ne peut se satisfaire que les choses soient prises en charge par une réglementation flottante, qui se fout des principes généraux de droit et des droits individuels garantis.

    Par contre, nos RIP, ils se démerdent moins bien que FT : 2,9 milliards pour 4,6 millions de prises HD (soit 660 € la prise), c’est pile poil ce que l’ARCEP prévoit pour le déploiement du THD sur le territoire ; c’est aussi pile-poil l’actif immobilisé de FT (cadeau du camarade Jospin). Contrairement aux RIP, FT a droit à une rente de 192 € par an sur chaque prise (au total, la rente doit faire 80 milliards par an : de quoi éponger toutes les dettes et financer en plus les retraites. Il est pas beau le royaume de France et de Navarre (ne jamais oublié Jean-Pierre). Penser que SILICANI veille à ce que vous fassiez du 35% de marge ; ainsi que MINGAUD qui supportera difficilement que soit engagé de l’argent public pour faire 2 fois plus pire que FT, pas connu comme un gérant très performant ou lucide)

    Il me semble que Manche Numérique a mis au point un SDANT départemental à 450 € la prise, correctement mutualisé et mixé.

  5. Je me permettrais d’ajouter que les sujets formation et montée en compétence sur ces sujets ne sont également que très rarement abordés

  6. @Bernard : on prend le problème à l’envers. Les différents coûts ou prix de revient indiqués ici et là par les acteurs du FTTH : ARCEP, Avicca, collectivités, cabinets conseil, etc. sont basés sur les techniques et produits utilisés actuellement.
    Or; tous les vétérans de mon âge le savent bien : ces techniques sont ancestrales, datant du temps où l’on déployait les premières fibres dans les réseaux longue-distance. Aujourd’hui, quand je regarde une colonne verticale optique (un immeuble fibré), je vois les mêmes câbles, les mêmes boitiers, les mêmes cassettes, les mêmes soudures que ce que je faisais il y a 20 ans à la SNCF. Seule la taille est différente, grâce aux fibres à faible rayon de courbure. Sinon, les principes sont identiques, les méthodes d’installation et de contrôle sont les mêmes que sur la longue-distance.

    Or, lorsque nous parlons FTTH, nous parlons fibre à l’abonné, donc marché de masse et surtout : consommateurs, B2C. Je rentre CHEZ les gens. Dans leur immeuble, dans leur cave, dans leur appartement… Et je dois produire. Je dois déployer la fibre sur toute une agglomération, une ville, ou un village. Des centaines, des milliers de mètres de câble optique à poser, des milliers de fibres à souder, connectoriser, tester, etc. En un mois; une semaine, ou deux jours; selon la bonne volonté de mon client…
    Donc, je dis haut et fort (depuis longtemps) que ces vieilles techniques sont à mettre à la poubelle, pour le FTTH s’entend. Car totalement inadaptées à l’environnement résidentiel, urbain ou rural, et aux interactions avec les gens : quand je monte un boîtier optique sur un palier, je dois rester le moins de temps possible pour ne pas gêner les gens dans les appartements autour…

    Et aussi, et peut-être surtout, je dois composer avec la main d’oeuvre à ma disposition : des techniciens pas forcément chevronnés, que j’aurai embauché en intérim chez Manpower, que je n’aurai pas le temps ni les moyens techniques et encore moins financiers de former correctement à l’installation de la fibre…
    D’où ceci : si on veut que le marché de la fibre à l’abonné décolle, il faut revoir entièrement la copie. Partir d’une feuille blanche, et faire du vrai marketing produit. Entre autre, en listant toutes les contraintes actuelles et futures (envisageables par le retour d’expérience), pour définir des nouvelles solutions techniques 100% adaptées à l’environnement réel du FTTH : un marché de masse, grand public.

    On s’apercevra alors que je n’ai pas besoin de tirer de-facto 96 fibres dans un immeuble, avec toutes les contraintes que cela implique, et que si je me contentais de faire comme on fait dans le monde du réseau d’entreprise depuis toujours, à savoir tirer une paire de fibres depuis chez le nouvel abonné jusqu’au « hub » en pied d’immeuble, le fibrage deviendrait accessible au plus grand nombre, installateurs, opérateurs locaux, etc.
    Et ainsi de suite jusqu’au noeud de raccordement optique, le fameux NRO, voire, pour les territoires non encore desservis par des boucles optiques départementales, jusqu’au coeur de réseau. En particulier, je sais que grâce à la pose en aérien, je peux réduire drastiquement mes coûts : le GC est à 20% du coût total, donc le reste (câbles, accessoires, contrôles, etc.) est à 80%, donc je peux travailler à réduire ces 80% pour diminuer le coût total…

    D’où des prix de revient à la prise nettement plus bas que ceux énoncés par tous aujourd’hui, donc des investissements abordables…

  7. Marc,

    OK. Tu peux te consoler en pensant que c’est parce que certains font les choses à l’endroit que notre gouvernance peut se permettre de les faire à l’envers. J’ai connu un curé assez remarquable qui me disait : »Tu peux être sûr qu’un coin où les curés se ramassent, c’est qu’il y a du pognon ». Je pense que maintenant (il est mort), il remplacerait « les curés » par « les nuls ». La civilisation progresse.

  8. Merci, encore une fois Marc de ce bon-sens – Je suis en accord sur tout.

    A titre personnel, et pour reprendre le point ci-dessus de gg22, j’ai obtenu de mon employeur qu’il me finance la formation que je voulais.

    J’ai cherché une formation « FTTH » qui aborde, entre autre, les sujets du câblage en zone résidentielle (donc, pavillon: Pénétration dans les maison, câblages intérieurs),la pose sur poteaux, et le câblage au NRO.

    (Même si ce n’est pas mon métier, j’ai déjà quelques connaissances pragmatiques sur ces ces sujets, que je voulais valider avec une formation pro.)

    Et bien je cherche encore: On ne m’a proposé que les formations standard « Orange », pour câbler les immeubles en FTTH sous goulottes en plastiques, sans tenir compte des souhaits des habitants…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s