Les limites des trois modèles français du Ftth

Benoît FELTEN, lors de la fête du THD de Mortain, le 30 juin 2011, a proposé une brillante analyse quant à la situation du THD en regard des modèles et des expériences en cours « ailleurs ». Il a rapidement présenté les avantages et inconvénients de 4 modèles type. Benoit FELTEN apporte ainsi un regard en contre-point du discours de l’ARCEP et, en particulier, des critiques faites par son Président lors d’un récent discours, rappelé en fin d’article, au sujet de ces modèles. Le débat continue… car d’évidence le cadre réglementaire français pèche encore sur bien des points.

Pour améliorer le cadre opérationnel du THD en France, pourrait-on procéder comme en Australie ou en Suède par exemple ?

Cette interrogation revient de manière récurrente depuis de nombreuses années. Voici plus de 10 ans par exemple que l’expérience suédoise inspire des projets de collectivités territoriales, comme celui de Pau Pyrénées. Benoît FELTEN a tenté d’apporter quelques éléments de réponse à cette question lancinante. Il a ainsi analysé, en regard de la situation française, 4 modèles.

  • Un réseau 100% public comme en Australie (ou à Singapour),
  • un projet de réseaux en consortium comme ce qui se prépare en Italie,
  • un modèle de réseaux de collectivités locales, comme en Suède,
  • et un modèle de réseaux privés parallèles (USA et Japon par exemple).

L’analyse de l’applicabilité, selon Benoit, des modèles australien, italien, nord-américains ou suédois est détaillée dans la conférence. Benoit insiste notamment sur l’intérêt de la solution suédoise qui fait la part belle aux réseaux locaux.

 

La complexité du modèle français. Triple modèle… triples faiblesses ?

Le modèle français, selon Benoit, se présente comme particulièrement complexe. Il s’organise en effet selon 3 configurations différentes selon le type de zones, très denses, denses et peu denses.

En zone très dense, il s’agit de renforcer et d’organiser la concurrence par l’infrastructure au risque d’ailleurs de travaux limités aux seules poches hyper denses et/ou réalisés dans des conditions de qualité parfois insuffisante. Les oppositions de l’Association des Copropriétés le rappelle.

En zone moins dense, le principe est de jouer de la  solution de cofinancement. Les critiques faites au modèle italien ne s’appliqueraient donc elles pas à cette solution ? Benoit FELTEN pense notamment que les accords entre grands opérateurs seront difficiles tant leurs oppositions, les procès et les contentieux sont nombreux. Dans les zones moins denses, Benoit estime que les annonces FT, en matière d’intention d’investissement pour 2015, ne sont pas budgétairement de surcroit à la mesure des enjeux. Elles coupent en outre l’accès aux subventions pour les collectivités. Elles ne comportent pas enfin de réelles obligations pour les opérateurs.

En zone peu dense, on irait vers un réseau d’infrastructures publiques locales, comme en Suède alors que l’ARCEP pensait que ces réseaux discontinus, construits sur des solutions hétérogènes, ne constituaient pas une bonne solution.

La France ne cumulerait-elle donc pas les faiblesses de tous les précédents modèles ? C’est un peu l’impression que l’on a en écoutant Benoît.

Un cadre français pensé en écosystème fermé

Par-delà ces aspects, Benoît FELTEN rappelle également un point capital que nous sommes nombreux à avoir sans cesse martelé depuis de longues années. Le cadre réglementaire français fonctionne en écosystème fermé. Il se pense, il se discute, il se met en œuvre par et pour les seuls grands opérateurs Telecom. Et dans ce domaine, sans nul doute, Benoît aurait pu aller plus loin… Car non seulement les collectivités territoriales, appelées par l’ARCEP à tenir un rôle clé, sont largement oubliées du dispositif, mais il en est de même, Benoit le rappelle, des syndics ou des bailleurs. Le statut et le rôle des opérateurs d’immeubles paraient notamment sous-estimés. Les idées formulées dans ce domaine par ceux qui militent pour la construction par le premier mètre restent à ce jour ignorées. C’est une erreur qui limite déjà la vitesse (et la qualité) de déploiement de réseaux construits par « en haut » sans volonté d’impliquer les acteurs de base.

Les points d’efforts indispensables à travailler en France

Au final de cette conférence, Benoît Felten pointe deux domaines dans lequel le cadre réglementaire dysfonctionne actuellement. Il suggère ainsi de :

  1. Repenser le rôle des collectivités territoriales et des sociétés locales dans ce cadre. Il suggère de les considérer comme des co-investisseurs impliqués dans la décision.
  2. D’imposer des obligations aux opérateurs afin qu’ils respectent leurs annonces car ceux-ci bloquent de fait la situation par leurs annonces et les possibilités d’investissement public.

Ainsi, pour Benoît, si la France n’est sans doute pas en retard en matière de Fttx comme le diagnostiquait plusieurs acteurs, elle n’est plus en avance. Pour lui, depuis 4 ans, on a pas fait grand chose.

Pour rappel, voici le texte du discours de M SILICANI

 » La France enfin en route vers le très haut débit : 4G, fibre optique… « , le discours de Jean-Ludovic Silicani, président de l’ARCEP, lors du 10ème forum annuel des Télécoms et du Net – Les Echos – le 16 juin 2011

Mesdames et Messieurs les parlementaires et élus locaux,

Mesdames, Messieurs,

Chers amis,

Je remercie Les Echos de m’avoir invité à ce forum. Le hasard – mais est-ce un hasard – veut que j’intervienne le lendemain du jour où, d’une part, l’appel aux candidatures à la 4G mobile a été (enfin) lancé, sur la base des propositions de l’ARCEP, et, où, d’autre part, l’Autorité publie ses décisions relatives à la régulation asymétrique des marchés du haut et du très haut débit.

L’arrivée du très haut débit conduit à une véritable révolution de nos réseaux de communication. Celle-ci appelle un nouvel environnement réglementaire dont l’élaboration a légitimement suscité de nombreux débats. En effet, il n’existe pas aujourd’hui dans le monde un modèle unique de déploiement de ces nouveaux réseaux.

Pour autant, il est à la fois possible et nécessaire de respecter les quelques principes qui ont fondé, en France et dans d’autres pays, le succès du déploiement des réseaux à haut débit. C’est à l’aune de ces principes que doivent être appréciés les différents modèles qui sont en train d’émerger. L’occasion m’est ici donnée de les présenter et d’identifier ceux qui sont le plus aptes à faire que le très haut débit soit une source d’innovation et de croissance, au bénéfice des entreprises et des consommateurs.

*
* *

1°/ Conserver les acquis de la régulation dans le contexte du très haut débit

La régulation du secteur des télécoms s’est fondée sur une ouverture du réseau de l’opérateur historique permettant à de nouveaux entrants sur le marché de monter progressivement dans l’échelle d’investissement et de développer leur propre infrastructure et ainsi de conquérir leur indépendance, technique et économique. Cette entrée graduelle a eu l’immense intérêt de respecter le rythme de croissance et les capacités d’investissement de chacun de ces opérateurs alternatifs en leur permettant de déployer une infrastructure de plus en plus capillaire, jusqu’au répartiteur. Il y a lieu de se féliciter, rétrospectivement, de ce choix, et de se réjouir du résultat, lorsque l’on sait que le dégroupage porte aujourd’hui sur près de 85% des lignes téléphoniques.

Ce choix a eu une seconde vertu, celle de permettre l’innovation technologique et de faire de la France l’un des marchés les plus innovants en matière de haut débit, par la généralisation des offres multi-services (triples play) et des  » boxs « , au prix le plus bas du monde, compte-tenu du service rendu.

Enfin, ce choix a permis une animation concurrentielle durable : il suffit pour cela de regarder les résultats du dernier entrant sur le marché du haut débit fixe pour voir à quel point ce marché est dynamique.

Le constat de la réussite de la régulation de la boucle locale cuivre doit servir de point de référence pour la fibre optique, non pour reproduire à l’identique un cadre réglementaire qui correspondait à un réseau existant, celui de l’opérateur historique, mais pour chercher à en conserver l’esprit, en rendant possible le développement d’une infrastructure propre à chaque opérateur sur le  » dernier kilomètre « .

Ce rappel étant fait, essayons d’identifier les modèles qui émergent à travers le monde et de voir ceux qui permettent d’obtenir la meilleure dynamique pour un pays comme la France.

2°/ Quel modèle pour la régulation des réseaux de fibre optique ?

On entend ou on lit régulièrement que, comparée à l’Asie et aux Etats-Unis, l’Europe aurait un retard croissant dans le déploiement de la fibre optique. Si ces alertes constituent une incitation à mieux faire, elles ne doivent cependant pas conduire à faire des erreurs de diagnostic… et donc de prescription. Quels sont les modèles en présence ?

1- On trouve en premier lieu des pays qui, à l’image de l’Australie, font le choix d’une boucle locale de fibre optique unique, fondée sur un réseau national d’initiative publique loué aux opérateurs. A supposer que le déploiement de ce réseau se réalise comme prévu, il ne permet pas aux opérateurs de se différencier, techniquement et économiquement, et freinera par conséquent l’innovation. Or la régulation a précisément permis, en France, de développer une concurrence par l’innovation et le passage au très haut débit ne doit pas remettre en cause cette dynamique. Au demeurant, je ne suis pas certain que le choix australien, qui suppose la séparation fonctionnelle de l’opérateur historique, ne présente pas des coûts élevés qui en annuleraient les bénéfices. Enfin, je rappelle à nouveau que, compte-tenu du droit communautaire et de nos principes constitutionnels, cette séparation fonctionnelle ne peut résulter que d’une décision de l’opérateur lui-même ou du régulateur si ce dernier établit que tous les autres instruments de régulation ont échoué.

2- On trouve un deuxième modèle proche du premier, prôné par certains opérateurs, notamment en France, consistant à créer une structure unique (un consortium) dont ils se partageraient la propriété et qui serait chargée, pour leur compte, des déploiements. Cette solution, très séduisante sur le papier, est largement utopique. Elle nécessite une convergence stratégique de tous les opérateurs notamment en matière de choix et de planification des investissements ce qui est peu vraisemblable et pourtant nécessaire, car cette  » structure unique  » ne pourra jouir d’aucun monopole. Un des acteurs pourra donc, à tout moment, bloquer l’ensemble du déploiement. En tout état de cause, ce scenario, étudié par les pouvoirs publics fin 2009, n’a pas abouti, loin s’en faut, à un consensus de la communauté des opérateurs.

3- Troisième modèle : on voit aussi se mettre en place, particulièrement en Europe du Nord, un modèle de déploiement principalement fondé sur l’intervention des municipalités. Si ce choix permet des déploiements rapides, il entraîne aussi un morcellement en autant de petits réseaux locaux, hétérogènes et discontinus. Cet émiettement ne répond pas à la conception, notamment du Parlement, de l’aménagement numérique du territoire. En outre, il privilégie évidemment les collectivités et les territoires les plus riches.

4- On trouve enfin, c’est le 4ème modèle, des pays dans lesquels le déploiement de la fibre repose entièrement sur le marché, comme c’est le cas aux Etats-Unis ou au Japon. Ces situations ne sont pas comparables avec celle que nous connaissons en France : au Japon, NTT a été poussé à fibrer son réseau pour faire face au recul massif de ses parts de marché dans le haut débit ; aux Etats-Unis, Verizon cherche à répondre à la concurrence des réseaux câblés, et peut s’appuyer sur une propension des ménages américains à déjà payer plus de 100$ par mois pour le haut débit, là où nous payons 30€, soit 40$. Est-ce un modèle exportable ? Au regard de la situation française, ce recours au seul marché, de même que les  » vacances réglementaires  » que certains régulateurs ont tenté, sans succès, de mettre en œuvre en Europe, n’est donc pas envisageable : elle (il ?) aboutirait à dupliquer les réseaux dans les zones les plus rentables sans garantir pour autant une couverture progressive de l’ensemble du territoire.

Ce tour d’horizon est instructif : il permet de mieux comprendre un cinquième modèle, voie médiane entre monopole et marché que les pouvoirs publics (Parlement, Gouvernement et régulateur) s’emploient à mettre en œuvre en France.

3° Le modèle mis en œuvre en France

Les choix opérés par le législateur (loi de modernisation de l’économie (LME) de 2008 et loi de lutte contre la fracture numérique de 2009) traduisent la nécessité de concilier trois impératifs : le maintien de la concurrence dans le très haut débit, la définition de conditions de déploiement ne représentant pas une charge financière insurmontable pour les opérateurs et une couverture progressive de l’ensemble du territoire.

  • En premier lieu, la concurrence doit être maintenue et encouragée sur le très haut débit, car elle garantit l’efficacité économique des acteurs et permet donc d’offrir des prix et des services attractifs pour les consommateurs finaux. Toutefois, le législateur a fait des choix permettant la concurrence de plusieurs opérateurs de réseaux tout en évitant une duplication inutile et coûteuse de la boucle locale de fibre optique jusqu’à l’abonné (FttH). Pour les déploiements hors des grandes agglomérations, soit sur 95% de la surface du territoire, le recours à la mutualisation permettra aux opérateurs de mettre en commun plus de 90% des coûts de déploiement. Il est impensable d’aller au-delà, sauf à vouloir reconstituer un monopole de fait. Au demeurant, l’économie attendue qui en résulterait serait dérisoire.

Sur les 5% du territoire restants, soit dans les 150 communes des 20 plus grandes agglomérations françaises, qui forment la zone très dense, un degré de mutualisation nettement plus réduit permet à la concurrence par les infrastructures de s’exercer au plus près de l’abonné. Sur cette zone, le pourcentage de logements raccordés est déjà très élevé (21%). Certes 3% seulement des 5 millions de foyers de cette zone très dense ont souscrit, pour l’instant, un abonnement FttH mais les opérateurs viennent juste de lancer leur campagne d’abonnement. Ce pourcentage devrait donc croître rapidement.

  • En second lieu, l’investissement doit également pouvoir être partagée entre les opérateurs, ce qui, à mon sens, est le meilleur moyen d’éviter la reconstitution d’un monopole, pour peu que les opérateurs veuillent investir. Le recours au coinvestissement permet ce partage, en limitant les risques et la charge d’investissement de l’opérateur qui déploie le premier tout en offrant aux autres opérateurs la possibilité de cofinancer dès le départ ou a posteriori, en fonction de leurs capacités. Je pense que les premiers accords dans les zones moins denses vont être conclus dans les toutes prochaines semaines. Pour les opérateurs qui feront le choix, au moins dans un premier temps, de ne pas coinvestir, une offre d’accès à la ligne, comparable au dégroupage, est également prévue.

La mutualisation et le cofinancement s’appliquent à l’ensemble des opérateurs présents sur le marché et répondent ainsi aux préoccupations des promoteurs tant du modèle de l’opérateur unique d’initiative publique, que de celui du consortium. Mais, dans le modèle retenu en France, les capacités d’investissement et l’autonomie de chaque opérateur sont préservées. Cette régulation symétrique du marché du très haut débit fixe n’oublie pas pour autant la position spécifique occupée par l’opérateur historique pour lequel il n’est pas question de cesser toute régulation.

C’est ainsi que l’Autorité a publié hier la version définitive de son analyse des marchés du haut et du très haut débit fixe. Les obligations de France Télécom y sont renforcées, notamment par l’extension de l’accès aux fourreaux à l’aérien, condition indispensable des déploiements horizontaux des opérateurs alternatifs. Cette obligation devrait augmenter le rythme des déploiements de ces opérateurs dans le génie civil de France Télécom qui représentent déjà 3 300 kms de fibre installée, en croissance de plus de 250% sur un an. Cette analyse de marché fera l’objet d’un bilan d’ici 18 mois, afin de tenir compte des évolutions survenues sur ce marché encore naissant et de réapprécier alors les obligations imposées à France Télécom.

  • Enfin, les différents modèles se doivent de garantir la cohérence territoriale des déploiements. Le cadre mis en place en France, s’il permet une grande implication des collectivités territoriales dans le financement et le déploiement des réseaux locaux, entend garantir la cohérence géographique des déploiements de tous les opérateurs, publics ou privés, qui ont l’obligation de se concerter afin d’articuler au mieux les zones arrière des points de mutualisation dans les zones moins denses.

En complément, le programme national très haut débit mis en œuvre par le Gouvernement permettra d’affecter une part substantielle des fonds du grand emprunt à des projets portés par des collectivités territoriales. En outre, les zones les moins denses du territoire pourront bénéficier de la montée en débit, pour laquelle France Télécom devra désormais proposer une offre dont les tarifs seront régulés par l’ARCEP. Les opérateurs et les collectivités ont ainsi à leur disposition une palette de solutions pouvant répondre à la spécificité de chaque situation locale.

  • Comme je l’ai indiqué la semaine dernière à l’occasion du débat organisé à l’Assemblée nationale par la députée Laure de la Raudière, les premiers résultats du modèle économique mis au point par l’ARCEP, qui vient de le mettre en consultation publique, sont les suivants s’agissant de la réalisation d’un réseau de fibre optique sur l’ensemble du territoire : un coût global inférieur à 25 milliards d’euros ; un financement de 15 milliards d’euros environ par les opérateurs et de 10 milliards d’euros par les collectivités publiques. Le tout sur 15 ans, soit, en moyenne, chaque année, 1 milliard d’euros de financement privé et 600 millions de financement public (européen, national et local). Il ne s’agit donc, en aucun cas, pour un pays comme la France, d’un  » mur d’investissement  » si l’on considère que, sur la même période, ce sont environ 75 milliards d’euros (donc 3 fois plus) qui seront dépensés pour le réseau routier.

Nous disposons ainsi d’un modèle de régulation du très haut débit qui préserve les acquis de plus d’une décennie de concurrence sur le secteur tout en reconnaissant la nécessité de fournir aux opérateurs des mécanismes nouveaux visant à sécuriser leurs investissements et d’offrir aux collectivités un cadre adapté à une intervention au plus près des besoins locaux. Ce modèle est aussi proportionné : il nous préserve de mesures plus radicales dont il ne faut ni surestimer les vertus, ni sous-estimer les risques.

  • Comme on vient de le voir, l’aménagement numérique du territoire occupe une place importante dans les missions confiées au régulateur pour les réseaux à très haut débit. Ce qui est vrai pour le fixe l’est également pour le mobile. Le déploiement des réseaux de téléphonie de quatrième génération permettra en effet d’offrir, plus rapidement que ne le fera la fibre, un accès à des débits élevés sur l’ensemble du territoire. Les textes nécessaires ont été publiés hier au Journal officiel, sur la base des propositions faites par l’ARCEP fin mai. Ils fixent des obligations de couverture nationale et départementale élevées et prévoient que les opérateurs lauréats devront prioritairement déployer dans une zone représentant 18% de la population et 63% de la surface. Les fréquences nécessaires à ces déploiements seront attribuées à l’automne pour celles de la bande 2,6 GHz et début 2012 pour celles de la bande du dividende numérique (800 Mhz). Comme pour la fibre, des règles de mutualisation sont prévues. Elles permettront d’accélérer les déploiements tout en minimisant le niveau d’investissement que les opérateurs devront consentir. Contrairement à ce qui a parfois été dit ou écrit récemment, la finalité concurrentielle n’est, quant à elle, pas oubliée grâce à plusieurs mesures : la garantie de l’attribution de quatre licences sur la bande 2,6 ; l’existence de 4 lots dans la bande 800 ; des plafonds de cumul prévus sur les deux bandes ; la forte incitation à l’accueil de full MVNO ; enfin, l’encouragement à la mutualisation qui facilitera le déploiement des plus petits opérateurs.

*
* *

Je voudrais conclure mon propos en rappelant ce qui est en jeu : un mouvement planétaire de renouvellement des réseaux de communications, renouvellement qui sera décisif pour l’avenir des entreprises de télécommunications et, au-delà, de l’économie dans son ensemble.

Les pouvoirs publics se sont employés, depuis trois ans, à fournir une réponse aux questions que pose ce contexte nouveau. Le moment est venu pour les entreprises du secteur d’investir, de trouver des clients et d’en tirer les pleins bénéfices. C’est à cette condition que les opérateurs français seront en mesure d’assurer leur place dans la révolution numérique qui s’annonce. J’ai confiance dans leur capacité à préserver ce qui a fait l’excellence de ce secteur en France.

Je vous remercie.

14 commentaires sur « Les limites des trois modèles français du Ftth »

  1. (Pour une fois que je reçois une vidéo pas hachée en morceaux de 2 secondes, faudrait supprimer les eeeeeee qui rendent le discours énervant au bout de 2 minutes).

    Nous nous retrouvons devant un exposé très intéressant expliquant, par exemple, comment en France la pensée inique sur le déploiement du THD passe du terre à terre au niveau des acteurs au hors sol (prétentieux) au niveau des décideurs nationaux (le processus inverse et compensatoire qui passe d’un niveau technique et logique (presque) égal à 0 à un niveau technique et stratégique infiniment complexe et inopérationnel n’est pas décrit).

    Même en retirant les temps des eeeee, l’exposé de Benoit FELTEN est d’une densité difficile à intégrer rapidement dans mon exigence de réflexion sur la dimension de puissance du réseau internet (et, singulièrement, sur la puissance de la sous-boucle locale)

  2. Sur ce coup-ci la vidéo passe très bien : je ne sais comment cela marche mais mon zinzin « rentre suffisamment d’image » avant de l’afficher.

    Faudrait qu’un copain qui l’aime bien oblige un peu Benoit à contrôler son élocution.

  3. Cool. Je pense qu’il faut que tu laisses le temps de tout charger sur ta mémoire cache. C’est pour cela que cela fonctionne mieux en second visionnage.

  4. OK Jean-Pierre, je vais essayer d’expliciter mon « RT » de ton propre Tweet d’annonce de ce billet… et le pourquoi de l’utilisation des mots « manque de cohérence » et « défaut de congruence » au sujet du « modèle français »…
    NB: je ne sais pas s’il s’agit d’un modèle à 3 couches ou de 3 modèles, mais peu importe!

    Manque de cohérence:
    Avec ces 3 couches, la cohérence nationale va-t-être difficile à garantir, et des fractures vont se créer là où elles n’existaient pas :
    – en zones très denses, celles des 148 communes ou agglos laissées aux bonnes intentions des Opérateurs Privés, dans leur jeu constant type « court moi après que je t’attrape »)
    – en zones moins denses, un peu partout, au sein même des zones où des manifestations d’intention d’investissement (ZMII) se sont déclarées sans que les collectivités puissent en connaitre les détails, et hors les « ZMII » là où l’intervention publique ne pourra pas porter du FttH partout, devra faire appel au panel de solutions de « montée en débit » …
    Le problème, de mon point de vue et déjà signalé dans un billet de mon blog (http://mlebon.typepad.com/hd_rural/2011/06/en-visite-la-3%C3%A8me-d%C3%A9j%C3%A0-%C3%A0-aumont-aubrac-ftth-ruralit%C3%A9.html), c’est … qu’il manque un « plan » … celui de la cohérence nationale, l’état ne souhaitant pas visiblement s’investir sur un backbone national de péréquation pour garantir que chaque département pourra accéder aux mêmes conditions que les autres à des services IP de collecte, de transit… à Paris, comme à La Canourgue, comme à Bergues … considérant (et c’est là son erreur) que les solutions propres aux 4 grands sont là pour jouer ce rôle, alors qu’elles se les réservent (tout au moins dans des conditions économiques d’accès raisonnables).
    Accessoirement, il manque aussi un « plan » celui de l’action support, et fédératrice autour de la formation professionnelle (des techniciens de la Fibre, des intervenants des C.T. – techniciens, directeurs des services, agents des STR…), le tout soutenu par une communication digne de ce nom sous le sigle « TOUS à la FIBRE », permettant au passage de souligner, mettre en avant les avantages de la Fibre Optique, en dehors des débits qu’elle autorise, de la symétrie qu’elle apporte, en termes de nouveaux USAGES et SERVICES !!.

    Manque de congruence (ie ne pas faire ce que l’on annonce vouloir faire…) :

    Et là, on met le doigt où cela fait mal…
    1- comment peut-on se tirer une balle dans le pied en :
    ° lançant un AMII avec un cahier des charges pourtant précis et formel, demandant des engagements précis, justifiés, planifiés… pour se placer aussitôt les réponses reçues, dans un cadre mou de régulation symétrique laissant aux privés 18 mois pour préciser, concrétiser leurs intentions avant de sortir le « martinet », et aux collectivités et leurs AMO la tache ingrate de les consulter pour essayer d’en savoir plus, à minima à 3 ans… Problèmes d’effectif au CGI, de coordination inter-ministérielle entre CGI/DATAR/DGCIS ?! Excès de confiance et de libéralisme…
    ° mettant sur pied un « cadre de MED » totalement asymétrique(mais de fait unilatéral au profit de FT), qui laisse tout loisir à l’opérateur historique de moderniser au frais des C.T. sa Boucle Locale, de « balader » ses concurrents dégroupeurs, avec tout ce qui va bien pour accentuer encore le défaut d’appétence des territoires bien pourvus en ADSL2+, en validant l’introduction du VDSL2 dans la BL… (lequel, je le parie, sera déployé d’abord, là où les RIP vont déployer le FttH… donc pas derrière les SR-MED en règle générale), en ne traitant pas la problématique de la Montée en Débit des territoires déjà équipés de NRA-ZO non fibrés pour une majorité d’entre eux (y compris ceux qui vont faire l’objet du plan de neutralisation des gros MUX de FT)

    2- Pourquoi, globalement afficher des intentions et des exigences fortes vis à vis des priés, sans (cf ci-dessus) se donner les moyens de les marquer « à la culotte » au niveau national, en repoussant le dossier à « 18 mois », sinon en responsabilité de « commissions régionales » intégrant les SGAR et C.T., avec lesquelles ces mêmes opérateurs privés n’auront aucune relation contractuelle… avant la conclusion des RIP

    3- On ne donne pas leur place de co-investisseurs et de pilotes de leurs territoires aux Collectivités (cela a été souligné par Benoit), avec bien sûr les moyens de contractualisation état/régions ad-hoc… pour gérer la cohérence, dans une forme de SCoNAN, brique manquante du dispositif !

    Pour le reste, j’aurais bien encore 2, 3 points rajouter, autant de « Mind The Gaps » annoncés sur mon blog, mais ce sera pour une autre fois… Le « diable est dans les détails » certes, mais il y en a qui tuent… Par exemple, le niveau de subvention « à la prise » envisagé via le Guichet ‘B’ sur le FSN en attendant le FANT … (sur Aumont-Aubrac, on est à 700€… bien au dessus des 450€!)
    😉

  5. Précision:
    En fait, sur la régulation de la MED, je pense qu’on est à la limite de « complicité de facilitation d’entente illicite », les opérateurs dégroupeurs n’étant pas, eux non plus, bien pressés d’aller déployer en FttH alors que le DSL leur rapporte une rente juteuse!?
    😉
    Et donc question, n’en déplaise à mes contradicteurs, ne faut-il pas tout faire pour étouffer le cuivre, VITE, TRÈS VITE !!!

  6. @ Michel,

    Nous savons tous que (1) le concept de modèle, qui pouvait avoir quelque potentiel opérationnel sur les processus linéaires, à une valeur pratiquement nulle en gouvernance des systèmes complexes ; (2) les difficultés que rencontrent les déploiements du réseau internet sont de caractères politiques, pas techniques ; (3) l’incohérence fatale, en France, est le gap insondable entre l’instance politique au niveau « acteurs locaux » et les industriels du net sur le plan technique et financier ; (4) globalement le système internet peut-être déployé à partir des financements de la voix ; donc que toute la technique imposée afin de poser des péages sur les flux internet bloquent d’abord le potentiel développement du réseau mondial.

    Le mérite de Benoit FELTEN est de dépiauter, au vu des pratiques de terrains, le conflit entre l’intérêt public et les intérêts privés afin d’exploiter la ressource inernet. Au vu de son exposé, je prétend que le meilleur possible est la complémentarité des pratiques australienne et suédoise.

  7. Étouffer le cuivre, pourquoi pas… le problème est de pouvoir le faire sans que FT s’en mette plein les poches (augmentation simple de la location de boucle locale). Est-il possible de mettre en place une taxe sur la location de boucle locale en cuivre? D’un point de vue légal je n’en suis pas sûr. Il faudrait en plus s’assurer que les fonds récoltés soient affectés au financement du THD en zone moins dense, ce qui n’est pas chose facile.

  8. Benoit FELTEN a plus ou moins répondu à la question lorsqu’il dit que les recours contentieux de FT dissuadent l’État de modifier la moindre virgule dans le contrat cadeau de Jospin à FT.

  9. Il ne faut pas oublier que dans les zones très denses, il peut y avoir des poches de basse densité et je ne parle pas des immeubles de moins de 12 appart … exemple concret : ma commune est limitrophe de paris (bois de vincennes) et classée en zone très dense. Dans ma rue, pour les immeubles : le réseau cuivre passe par les fourreaux existants, les pavillons individuels par de l’aérien (poteaux en bois dont les fils sortent des fourreaux…). Pour ce qui est de la fibre optique, ce sont bien les immeubles qui vont être équipés dans un premier temps …

  10. La question de la densité est évidemment un faux problème ; sur le territoire réel, il y a deux paramètres lourds : (1) la distance moyenne au NRA ; (2) la longueur moyenne de fibre à déployer par prise (et, bien sûr, pour ceux qui montent des business plans, le nombre et le revenu des gens du territoire couvert). Avec ces paramètres là, vous vous rendez compte que les 542 abonnés (au fixe) d’Aumont Aubrac donne un projet qui porte sur une zone très dense (20 mètres de fibre par abonné).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s