35 Mbps à 9000 mètres d’un NRA…

Un test réussi d’un mix technologique simple pour désenclaver les zones grises et blanches.

Souvent télétravailleur rural, situé à plus de 8000 m d’un NRA, je contemple avec beaucoup de recul ces câbles cuivres inutiles, parfois lovés ici et là sur d’improbables piquets en bois de campagnes oubliées. Ils sont comme les marques laissées par des technologies dont la maturité et l’intérêt appartiendraient désormais au passé. Nostalgie ? Non retard insupportable. Pour sortir les villages de cette triste ombre numérique, depuis quelques années je crois  avoir presque tout testé. Wimax, wifi et même CPL Outdoor voici plus de 5 ans déjà. Un temps, voici quelques années, dans le quartier, nous avions même pensé sous-répartiteur (SR) ; on aurait presque tenté l’aventure du VDSL2 et de la montée en débit sur le SR… Innocents que nous étions … car les sous-répartiteurs sont en fait loin d’abolir assez de distance. Dans l’un des territoires cible par exemple, la majorité des lignes oubliées s’essoufflent à encore plus de 4000 mètres du SR. Dans ce cas le VDSL ne sert à rien.

Wifi ou Wimax, tout a correctement fonctionné. Nous plafonnions toutefois au mieux à 1 ou 2 Mbps en upload. Il n’est pas simple dans ces conditions de rentrer vraiment dans l’Internet, civilisé ou pas… Difficile de e-vivre aujourd’hui sans un débit remontant à deux chiffres Mbps.

Heureusement, j’ai désormais une solution à plus de 30 Mbps grâce à un mix technologique simple déployé par la Sem E-tera. Le lien est opérationnel depuis 2 mois. Il passe par un abonnement sur une prise Ftth de l’agglomération de Pau « étendue » par un pont Wifi 5,4, en point à point, jusqu’à une parabole à vue sur laquelle un lien cuivre va jusqu’à la Kiwibox d’E.tera. L’offre triple play fonctionne sur cette base. Seule la TV, absence de qualité de service du lien Wifi oblige, a un peu de mal. Mais quel est l’intérêt d’une offre TV classique sur le Web ? Pour moi aucun… Par contre, côté data je retrouve (presque…) les performances d’une offre Ftth comme celle déployée sur l’agglomération de Pau Pyrénées. Et franchement quand on a gouté à l’optique…. Même sans services innovants, on a du mal à revenir en arrière.

Tout cela pour confirmer à la fois (1) l’intérêt de pousser les réseaux fibres le plus vite et le plus loin possible et (2) ensuite l’existence de solutions THD pour 90 à 99% des zones blanches grâce à ces réseaux fibre étendue.

Et se repose encore et toujours la lancinante question d’un investissement optique mutualisé… afin à minima de laisser localement la possibilité à chacun d’inventer sa solution Très Haut Débit. Car si aucun grand opérateur ne veut le faire, c’est le cas ce jour, pourquoi donc subordonner la possibilité d’agir aux intentions de ces opérateurs ?

7 thoughts on “35 Mbps à 9000 mètres d’un NRA…

  1. A Pau, ce sont ne pas les NRA classiques qui sont fibrés. On a créé « nos » propres NRO. Donc rien à voir avec FT. Prix : c’est le prix de l’offre Ftth avec un FAS plus élevé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s