Quand existera-t-il une politique nationale de développement numérique des territoires ?

Jean-Pierre Jambes

Couvrir 100% du pays en très haut débit d’ici 10 ans ? Dans la situation actuelle, cette promesse du Président de la République ne sera pas tenue. S’il le fallait encore, les quatre derniers articles de Numericuss consacrés aux zones moins denses, le confirment. Pire sans doute, ils révèlent l’ampleur du décrochage numérique de trop nombreux territoires oubliés. La France publique a su pourtant agir vite, fort et partout pour les autres grands réseaux, téléphoniques par exemple. Renoncera-t-elle pour le très haut débit ? 

Je vous écris d’un hameau à 9400 m du NRA de Pau Roussille, d’un hameau donc où le vieux câble cuivre s’érige tel un mur infranchissable au passage de toute donnée numérique. Je vous écris d’un monde également oublié des réseaux d’initiative publique, d’IRIS 64 comme de cette ancienne délégation Wifi du département des Pyrénées-Atlantiques abandonnée puis transformée en prestations qui marchent bien mal. Bref, je vous écris d’un hameau français.

Triste tropisme

Selon Hervé Maurey, cité par exemple par Tactis, nous serions ainsi plusieurs millions à ne disposer que de moins de 2 Mbps. Deux petits Mbps descendants, et encore quand tout va bien, alors que c’est 50 à 100 Mbps, symétriques bien entendu, qu’il nous faudrait…

Comme ce hameau français, nombre de territoires décrochent. Ils s’éloignent doucement des lumières de la toile. Triste tropisme. Tropisme d’autant plus triste d’ailleurs que, hormis les initiatives de quelques Collectivités courageuses, rien ne donne vraiment espoir de redevenir citoyen ou entreprise numériques.

Certains ont cru aux solutions de montée en débit. L’interview de Joël Mau à Numericuss les aura sans doute aidé à se faire une opinion. Je le cite « in fine, j’ai peur que le choix de jouer la carte de la MeD sur cuivre au niveau des SR, celle actuellement proposée, soit le symbole d’une France résignée à son déclin avec un scénario de déploiement extrêmement lent de la fibre, peu ou pas rentable. »

D’autres ont espéré à un grand soir réglementaire via une initiative de l’Etat à même de simplifier le déploiement des réseaux fibre optique dans les zones moins denses. Marc Duchesne nous a salement sapé le moral dans cet article.

Beaucoup d’entres-nous rêvent toujours de solutions en mode Do It Youself dans lesquelles d’autres logiques et d’autres acteurs émergeraient pour penser et déployer les réseaux de nouvelle génération. Les commentaires à cet article le confirment encore. Mais la nuit reste noire et les rêves ne deviennent toujours pas réalités. Bref, le monde accélère encore et encore… Mais sans nous.

Dans quelques jours pourtant, après des élections départementales 2015 où triompheront des mouvements porteurs de propositions aussi dangereuses que stériles, l’esprit Charlie revivra quelques jours. On lira ici et là formidables textes, forces tweets et inoubliables interviews de décideurs au garde-à-vous des figures imposées du réveil républicain. Et puis, doucement, on glissera à nouveau vers de tristes liquides sans odeurs, sans goûts, sans vision et sans projets. Et les décrochages numériques, pas seulement territoriaux d’ailleurs, continueront au gré des guerres d’opérateurs logiquement engagés dans des batailles de parts de marchés métropolitains. Tristes tropismes en effet.

Au final provisoire de cette série d’interviews consacrées au très haut débit rural, moral et connectivité en berne, on reste comme sonné. Sonné par un quotidien sur la toile insupportable pour trop d’entres-nous.; sonné plus encore par une absence d’espoirs numériques pour demain. L’aménagement numérique du territoire français n’existe toujours pas. Jusqu’à quand ?

 

24 commentaires sur « Quand existera-t-il une politique nationale de développement numérique des territoires ? »

  1. Allons bon. Même si notre Jean-Pierre National baisse les bras, où allons-nous, sinon à Deauville célébrer comme chaque année la bonne santé des RIPs. Je suis taquin…

  2. Passer en mode Commando. Réunir la poignée de bonnes volontés prêtes à s’investir dans l’aventure. Se rencontrer tous (et toutes ?) quelque part autour d’une bonne table, pour deux jours (et deux longues soirées). Et définir ensemble : Le produit, la stratégie, et la feuille de route.
    En deuxième étape, plus tard mais pas trop, définir les tactiques, et choisir les premiers terrains de jeu.
    Je dis ça, je dis rien.

  3. Faire, agir… il est comique le monsieur en cravate d’un autre siècle 🙂

    Si JPJ se photographie avec des chiens dans la neige on est mal barré, un peu comme Léo et son singe d’un autre siècle aussi ?

    En suggérant de transformer les Postes en tiers-lieu populaire de proximité il y a quelques années, JPJ nous a déjà montré qu’avec un peu d’imagination et peu de moyens on peut faire beaucoup…
    La lecture du dernier magazine de la poste pro montre qu’entre un usage abusif des termes pseudo-anglais et l’instrumentalisation des postiers comme VRP devant votre porte, tout est dans le produit, la stratégie, et la feuille de route et effectivement ce n’est rien dire…

    Un pays qui refuse la transition énergétique, à cause d’un lobby nucléaire déficitaire, un pays qui stigmatise étranger et allocataire (qui ne coûte rien dans un océan de gâchis), qui refuse la transition de la mobilité parce que l’on fabrique des voitures, qui crève numériquement de son monopole d’une marque qui a osé déposé un copyright sur une couleur, un pays qui croit encore à la centralisation parisienne et à toujours peur de l’internet (et donc de la transparence), un pays qui fait des interventions militaires qui coûte de quoi passer au THD la France sur 5 ans, un pays dont les principales sources de revenus de l’état sont les taxes sur ce qui pollue, rend débile et détruit (l’essence, le tabac, l’alcool, le pmu, le loto) un pays dont l’exportation de la mort (3e marchands d’arme du monde) est le business le plus florissant….alors que tout serait possible sans révolution, sans extrême avec juste du pouvoir politique et une démocratie réelle…
    Bref je m’égare, oui la Manche est jolie, le reste laissons le définitivement aux cravateux qui se teignent les cheveux pour faire semblant, la vie est courte, le plaisir est ailleurs et bon vent à tous les VRProphètes, leurs consulting, coaching, et autres pipoting processus qui réunionitent aigu sur le dos de la princesse en brûlant du carbone et buvant, modérement autour de poncif 100 fois éculés 🙂
    La France ne sera jamais THD pour tous, entre les AMIS, les intérêts privés, le vieillissement du pays et de la classe politique, la vague marine dans la gueule qui nous attend et la peur de l’autre, du changement (c’est pas maintenant) et donc de l’innovation, il n’y a plus qu’à espérer que la génération ..XYZ saura se partager les miettes et le carnage que nous leur laisserons dans un océan d’inégalités économiques ET territoriales avec des plaquettes et sites web nous affirmant le contraire… de quoi faire un forum, une journée, un colloque ou autres trucs familiales où il fait bon se retrouver entre soi pendant que le peuple gronde sourdement en se trompant de cible ?
    Nos avis divergent, et c’est énorme comme dirait l’autre…
    Bien à vous, j’y ai cru, maintenant je suis vieux, con et donc aigri, heureusement que des JPJ m’ont fait croire à la chose THD, et maintenant, si on vivait réellement ?
    Bon je vous laisse, j’ai faim et mes amis m’attendent pour une grillage printanière tardive 🙂

  4. Pourtant moi je la trouve pas si mal cette photo dans la neige symbole de l’affreux sale jp des neiges perdu dans ses Pyrénées. Je suis fan aussi d’ailleurs du côté en effet old school de la cravate de mon ami Marc ; c’est son côté Chattanooga. Bref, chouette commentaire.
    Bon appétit !!!!

  5. Précision importante également : Cette cravate, et plus généralement cet avatar qui est le mien sur WordPress et LinkedIn, sont une sorte d’hommage permanent à mon patron chez Sequalum, Michel Schoeser, brutalement décédé le 11 juillet 2014. Des suites de la DSP92.

  6. Actuellement, et vu les interviews récentes on va dans le mur (du débit) en zone rurale.

    Donc, *pour moi* il y a 2 solutions:
    * Soit on embrasse le « projet gouvernemental » et sa logique topdown , quitte à faire des propositions et placer des obligations sur les FAI nationaux (les seuls « valables » selon nos décideurs). Regardez en 3G : Si il n’y avait pas eu des obligations de couverture avec calendrier, est-ce qu’on aurait une couverture 3G en France en-dehors de Paris & autres 5/6 grandes villes ?

    Pour le FTTH, on a fait totalement l’inverse, et on voit ce que l’on aurait vu en 3G n’aurait pas été ces règlements ARCEP : Des opérateurs bourrés de promesses, et des déploiements prioritairement là où l’ennemi à abattre est présent (numéricable , du point de vue de FT).
    Et on laisse les zones rurale (où l’application de solutions standard industrielle est compliqué voire impossible) à la collectivité publique, déjà sous-dotée, et en plus on lui jette des peaux de banane judiciaire (cf SIEA).

    Le topdown, pour que ça marche, la « bonne volonté » ne suffit pas : Il faut un régulateur qui en impose, et des règlementations coercitives et vérifiées. En 3G , ca l’a fait.

    Si on collait une obligation de fibrer aux opérateurs 5/50 : 5 logements en rural pour 50 en ville, avec interdiction de déployer en ville sans respecter ce ratio, le problème existerais pas aujourd’hui. Maintenant évidemment c’est un peu tard. Ca resterais possible de faire des propositions en ce sens, mais ça reste tard.

    Maintenant, dans notre situation, que fait-on ? Je ne suis pas contre la rédaction de « rapports » , de « consultations » d’essayer de faire bouger les choses en haut-lieu par tout moyens possibles pour essayer d’améliorer les choses. Sauf que je n’y croit plus : Ça fait quasiment depuis 2007 qu’on en parle, et à la fin, la seule chose qu’on a tiré c’est que les collectivités locales ont le droit de se substituer aux BOFS (uniquement en cas de carence) , et encore, ces dernières sont obligés de faire des courbettes à ces BOFS pour tirer du financements (qui ne sera au mieux débloqué qu’en 2017… entre temps c’est demerdien si sich) , BOFS qui peuvent sans aucune conséquences renier leurs engagements & tuer ainsi ces projets , avec le gaspillage d’argent public afférent.

    Donc, oui, n’en déplaise à certain, le DIY local est *à mon avis* la seule manière de , au moins , commencer des projets à la mesure des moyens des gens locaux (n »oubliez pas que tous ces beaux projets « nationaux » ou départementaux, ils se retrouvent sur les impôts locaux & sur le revenu, in fine , c’est toujours les particuliers qui paient)

    Alors oui, c’est puéril, c’est « petit » , c’est pas pérenne, c’est pas viable à long terme, c’est du « bricolage » (encore que quand on voit l’état des infra « officielles » on se dit qu’on est pas si mauvais) . Mais c’est la seule chose qui permette d’avancer dans les campagnes, les projets étrangers, B4RN en tête mais guifi aussi le montrent. Et puis au moins ça permet d’apprendre au lieux de regarder les corbeaux voler sur le dos.
    (C’est aussi pr ça qu’il me parait contre-nature de demander de la sub ou autre aide non remboursable publique sur ce genre de projets)

    Parce que le projet le plus pérenne est celui qu’on repousse sans cesse, le projet le plus économique est celui qu’on ne fait jamais.

    En tout cas moi je me lance, même si il y a 90% de chance de se planter et de gaspiller *mon* fric , ça sera toujours mieux que 100% de chances de ne rien avoir , assis sur mes billets.

  7. je suis en phase Obinou.

    EN phase sur ce que tu dis sur l’absence de contraintes bien pensées pour le déploiement par les grands opérateurs. On le disait tous sous Sarko (cf par exemple mon bouquin) mais on a pas été attendu car le dogme était de laisser faire le marché sur ce réseau filaire alors que dans le même temps on régulait sur le mobile

    En phase sur la nécessité de lancer des constructions maîtrisées localement. Sur DIY « en rural rural » je pense que le risque d’une construction correctement pensée d’un réseau de type GFU Ftth en DiY est mince.

  8. « En phase sur la nécessité de lancer des constructions maîtrisées localement. »
    -> En tous cas, rien n’empêche d’essayer, mis à part la peur de se planter & de passer pour des ploucs. On passe déjà pour des ploucs, d’ailleurs (ce qui les empêchent pas d’avoir de belles paroles)

    « Sur DIY « en rural rural » je pense que le risque d’une construction correctement pensée d’un réseau de type GFU Ftth en DiY est mince. »

    Par contre, à mon avis, il ne faut _pas_ chercher à tout prix une pérennité « administrative » (dans le sens : reprise d’infra par les DSP, ou autre) : Ca n’arrivera pas. Déjà, si on arrive à faire proprement le cheminement en domaine privé , la pénétration dans la maison & la pose de PTO, c’est déjà une bonne partie des problèmes opérationnels des techniciens sur le terrain qui sera levé lorsqu’ils viendront avec leur réseau « Administré » et ouvert aux BOFS – peut-être aussi avec des temps entre la pose de du PBO et la prise de commande réduit (aujourd’hui de plusieurs mois) . Et dans l’intervalle, un service THD certes « artisanal » , mais qui aura le mérite d’exister.
    Corrolaire , à mon avis :

    – Il ne faut pas s’attendre à « revendre » le réseau de desserte à une DSP ou un BOFS : Personne ne prendra la responsabilité d’un réseau d’occasion, fut-il réalisé dans les règles de l’art de l’ARCEP (qui coute de toute façon bien trop , même si , selon l’avis d’un président, « ce n’est pas cher, c’est de l’argent public »).

    – Du coup il ne faut pas trop dépenser sur la partie PM-Maison , car il sera de toute façon fabriqué à long terme avec leurs process, leurs cabinets d’étude à 25K€ la semaine & tout le tintouin (et sans doute pas mieux que nous , quand on voit le résultat pratique – mais bon, faut pas contrarier un fonctionnaire territorial)

    – Pour la partie collecte (PM-backbone internet), c’est là où le bât blesse actuellement, il faudra en passer par de la radio probablement, car on aura pas pas accès aux offres de L2 « FTTH » dans ce contexte (car on sera « FTTO ») . A voir si, ensuite, on peux aller taper dans les offres « pro » des DSP si il y en a , même si c’est hors de prix pour un service minimal ( ce sera tj mieux que ce qu’offre l’ADSL sur les zones dont on parle). Je ne suis plus favorable à prendre des offres DSL même agrégées comme à la bonne époque des RAN, l’asymétrie est rédhibitoire dès que le nombre de flux augmentent .

    – Dans tout les cas, au moment du montage de la structure, il est _vital_ de immédiatement réfléchir à son démantèlement, inéluctable lorsque dans 15 ou 20 ans le réseau « officiel » arrivera: Le DIY n’a pas vocation à s’implanter à long terme, on l’a trop vu avec les RAN – il faut que ce réseau DIY jouer le rôle de facilitateur, de « motivateur » pour la DSP à arriver en fibre sur ce coin-là, aux FAI de venir pour limiter le précédent créé par cette outrageante initiative locale, mais aussi montrer l’appétence par les ruraux des services THD tout autant que les autres. C’est un peu ce que les B4RN ont réussi à faire (eux ont placés la barre tellement haut en terme de services que les BOFS ont +/- renoncés à lutter pour le moment – j’en espère pas tant)

  9. en écho depuis trollandthd
    marcduchesne2013
    j’avais compris pour la cravate, la signature MD2013 donne déjà le ton du « toujours un train de retard », comme cet apparat du siècle passé, comme une laisse dont pour faire un noeud il faut un module de formation entier… un peu comme le réseau en France, faisons compliqué avec des choses simples ? Pourquoi toujours se justifier du passé, vous qui avez l’air intelligent, et si vous vous libériez de l’apparence ? je dis ça, je dis rien 🙂

    zablo
    des beaux projets, comme des belles utopies théoriques financés par les fond publics ou des « coups » privés, que ce soit une famille ou une placement malin, sans modèle économique point de salut… c’est justement ce qui fatigue le peuple, l’argent foutu par la fenêtre dans des projets géniaux déployés par une classe bien pensant ou l’aristocratie du rtc/rja45/thd dont on voit toujours les mêmes têtes depuis que FT est dévenu Orange biz, c’est pour dire.. des promesses, du blogn bling autour de projet alternatif qui cache l’iceberg du monopole et de la sclérose française qui gargouille dans l’entre soi, dans le satisfecit collectif (passe moi le beurre après m’avoir servi un coup à boire), et le pipeau des promesses juste avant les élections, même Poutine n’ose pas être aussi grossier en annonçant cash la couleur… et hop un colloque du PM à 15 jours des cantonales, et abracadabra le coup des X milliards pour le THD, le télétravail et ta mère à une semaine des élections… qui à part les cravateux et ceux qui en mangent y croient encore ?

    Je veux pas être méchant, mais si vous posiez vos revenus et votre patrimoine sur la table, au moins comme Balkany, on comprendrait tout de suite pourquoi vous êtes plein d’espoir

    Histoire de ne pas abuser de votre temps de cerveau disponible, je termine par une citation et une incitation..
    Incitation à relire un excellent article d’un certain JPJ (oui j’aime l’homme, la neige mais pas les chiens j’avoue 🙂
    Aux sources du mai 68 numérique : le grille-pain fasciste ? (demande à Google si tu sais pas où c’est écrit)
    Citation de WR
    «  » Mais il y a une chose que tu ne sauras pas, que tu ne voudras pas savoir : que tu es le propre artisan de ton malheur, que tu produis tous les jours, que tu ne comprends pas tes enfants, que tu leur brises les reins avant même qu’ils aient la force de se tenir debout ; que tu voles l’amour ; que tu prends un chien pour être toi aussi le « maître » de quelqu’un. »
    Qui a un chien de beau projet dans le lectorat ? (1 chance sur 2 d’après les statistiques 😉

  10. j’oubliais, spécial dédicace à l’aristo Obinou, dont seul un ploutocrate du THD pourra éventuellement comprendre la portée de ses acronymes… et dire que l’on reproche les LOL, smiley et autres trucs imbitables de jeunes à nos ignares boutonneux, l’acronyme comme version du cheveux gris content de son savoir accumulé ? En tout cas, pas sûr que le lectorat populaire qui tomberait par hasar sur ce commentaire n’ait pas encore plus envie de voter pour le FLNP (front de libération numérique populaire) où l’on parle d’usage avec des mots communs dans un monde d’humain 😉

  11. @Obinou L’opportunité est sur le segment PTO-PM. La réglementation ARCEP laisse 5 ans à l’opérateur de zone pour déployer la zone arrière du PM, ce qui est outrageusement trop long.
    Opérateur de zone : Orange, et les aménageurs numériques bien connus. Aucun ne forcera l’allure, sauf le premier si un concurrent vient le titiller en lui piquant des parts de marché sur cette zone.
    Donc, concentrons-nous sur ce segment PTO-PM, avec en second plan la desserte PM-NRO par voie Radio.

  12. Bonjour à tous. Existe t-il un boitier qui pourrait jouer le rôle de « répéteur » pour augmenter le débit électrique en download que l’on pourrait mettre juste en sortie de la connexion internet dans le mur et avant la Livebox ou autre? J’ai des répéteurs pour les deux câbles d’écrans et aussi pour des câbles USB qui sont à sept mètres du PC et cela fonctionne parfaitement. Mais peut-être que ce n’est pas possible techniquement ou cela coûterait trop cher à faire? Je n’espère pas 50 ou 100 Mo mais un plus de mes 1,6 Mo que je ne critique pas vu ceux qui n’ont même pas ça. Merci pour vos réponses.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s