Le temps des usages très haut débit pour les entreprises est venu

fttoCloud, plan de reprise d’activités, virtualisation mais aussi services enrichis de visioconférence ou encore télétravail, les bonnes raisons pour les TPE-PME de passer au très haut débit sont de plus en plus nombreuses. Alors qu’en matière FttH, la France bégaie encore son plan, elle pourrait bien accélérer plus vite qu’on ne le pense dans les marchés professionnels.

Des chiffres tout d’abord : les entreprises THD restent encore l’exception.

La migration des TPE PME vers le très haut débit reste encore lente. Une étude réalisée par la CCI des Deux-Sèvres en mai 2010 indiquait par exemple que 2% seulement des entreprises du département disposaient de solutions très haut débit. Et tout démontre que ce département ne fait pas exception.

Pourtant la situation s’améliore. Selon l’Arcep, « Le marché, dans son ensemble, s’est fortement développé : le parc d’accès optiques dédiés vendus sur le marché de détail a triplé entre fin 2008 et fin 2012, passant de 16 000 accès environ à près de 48 000 ». Pour rappel, la même ARCEP présente des chiffres qui recensent en France « 4,5 millions d’entreprise et 23,5 millions de salariés et non-salariés. Environ 94% d’entres elles (37% de la masse salariale) avaient entre 0 et 9 salariés avec des besoins proches de la clientèle résidentielle. Les entreprises de 10 à 49 salariés représentaient 5% des entreprises pour 19% de la masse salariale, les entreprises de 50 à 499 salariés 1% pour 23 % de la masse salariale et celle de plus de 500 salariés, moins de 1% pour 21% de la masse salariale. »

Une impression ensuite : le mouvement reste encore lent.

En matière de politique numérique de soutien aux entreprises, l’effort porte aujourd’hui sur les PME et les grosses TPE comme sur les entreprises, y compris de très petites tailles, à fort besoin de connectivité. Ce sont en effet sur ces populations que ce concentre l’essentiel des efforts publics. Les uns soutiennent le passage du haut au très haut débit via des aides pour réduire les frais d’accès au service. Cela a été, et reste encore dans bien des cas, un frein important. C’est le cas par exemple de Communauté d’agglomération Seine Essone ou de la Lozère. Dans ce dernier département, le Conseil Général et Net48 ont ainsi décidé d’accorder une enveloppe de 200000 euros aux entreprises désireuses de s’abonner à des offres très haut débit par fibre optique.

D’autres centrent leurs initiatives sur le raccordement fibre optique des zones d’activités, comme à Toulon ou encore en Ardèche – Drôme (ADN). Le réseau ADN dispose actuellement de  plus de 700 sites raccordés en fibre dont 35 % de sites publics (santé, collectivités, enseignement…). En rajoutant les solutions de type xDSL, le directeur d’ADN Sylvain VALAYER, parle de plus de 2000 sites THD.

On recense même des projets de soutien aux solutions THD, comme à Pau Cité Multimédia, qui agissent via des d’usages également destinés aux salariés, ou qui développent des projets de type GIX ou Datacenter. L’exemple de l’association lyonnaise Rezopole est à ce titre intéressant. La France fourmille donc d’initiatives, le plus souvent territoriales, dans ces domaines.

Une conviction enfin : les usages qui justifient le passage du haut au très haut débit existent.

Alors qu’en matière de FttH, je continue à penser que les investisseurs publics, avisés ou pas, se trompent en privilégiant la construction des « tuyaux », le chemin parcouru depuis 5 ans environ en matière d’usages professionnels est considérable. Il serait donc plus que temps de ranger le triste label zones d’activités THD dans les oubliettes de l’histoire pour agir services, usages et parler vraies bonnes raisons de passer au très haut débit. C’est d’ailleurs aussi la conviction des acteurs de terrain, notamment des Réseaux d’Initiative Publique les plus expérimentés. Sylvain VALAYER, le directeur d’ADN déjà cité, pense ainsi que « le coût d’un abonnement fibre, qui paraissait élevé il y a 4 ans, aux yeux des premières entreprises raccordées, n’est plus un problème après quelques mois d’utilisation du fait du confort et des services apportés par la fibre. »

Cloud, sécurité informatique, virtualisation, le tiercé gagnant ?

Le temps des entreprises ayant besoin de débits symétriques supérieurs à 10-20 Mbps serait donc venu. Informatique en nuage, plan de reprise d’activités, virtualisation, interconnexions de sites, ou encore travail collaboratif en ligne constituent quelques-uns des services, parmi les plus connus, qui justifient le très haut débit. Quelques exemples.

La sauvegarde et le stockage à distance s’imposent comme une des conditions premières de la sécurité informatique des TPE – PME. Les offres sont nombreuses dans ces domaines. L’archivage des données est par exemple possible avec Iron Mountain, société spécialisée dans la gestion de documents.

Les solutions de ce type exigent de pouvoir concentrer de multiples flux d’informations vers les datacenters. Elles nécessitent des connexions Très Haut Débit, le plus souvent optiques, afin de supporter et de fiabiliser les échanges. Les solutions de type « Plan de Reprise d’Activité » permettent ainsi d’assurer le redémarrage des systèmes applicatifs informatiques en cas de défaillance.

Le Cloud ne constitue d’ailleurs qu’une première étape avant, dans certains cas, la virtualisation totale des postes de travail. L’objectif consiste à permettre à tout collaborateur, de bénéficier de son environnement de travail complet depuis n’importe quel poste de travail connecté. L’ordinateur devient alors un simple « client léger » affichant les images qui lui seront envoyées depuis le datacenter.L’utilisation de la fibre optique pour relier en temps-réel ces infrastructures délocalisées est une nécessité.

Les solutions très haut débit pourraient également donner un souffle nouveau aux solutions de type télétravail. Le rapport signé par Claudy Lebreton, et dont nous avons parlé ici, recommande à ce sujet la mise en œuvre d’un vaste plan d’actions. La possibilité de travailler en mode étendu, via des solutions réseaux performantes, constitue l’une des clés pour pouvoir véritablement travailler à domicile, ou dans un tiers-lieux, presque comme au bureau.

On le voit, alors que le FttH reste encore trop souvent un simple DSL amélioré sans véritables innovations en matière d’usages, les solutions très haut débit professionnelles s’imposent, et s’imposeront chaque jour davantage, comme l’un des facteurs importants de compétitivité des entreprises.

8 thoughts on “Le temps des usages très haut débit pour les entreprises est venu

  1. Merci pour l’article, car ils sont peux nombreux sur les usages.
    Tout d’abord un parallèle avec la démocratisation de l’ADSL dans les entreprises. Ce n’est pas si vieux, moins de 10 ans dans beaucoup d’entre elles. Et je crois que cette démocratisation, est surtout due au fait que les salariés des entreprises avaient l’ADSL à la maison, qu’ils y ont trouvé de nouveaux usages, qu’ils ont ensuite adapté en entreprise. Ce phénomène ne semble pas se produire avec la fibre. Peux d’usagers encore, et peux de services et usages spécifiques à la fibre.
    La marche entre les usages possibles avec une connexion analogique et l’ADSL étai vraiment importante. Elle me parait beaucoup moins importante entre l’ADSL et la Fibre. Stockage et sauvegarde en ligne, visio et web conférence, travail collaboratif, télétravail,…. sont déjà largement possibles avec l’ADSL, et le confort d’utilisation que la fibre permet à un coût. Le 10 ou 20 mega sur une offre fibre « professionnelle » dépasse les 1000 €/mois. Difficile à accepter, hormis pour quelques entreprises avec des besoins spécifiques (interconnexions de sites dans 90 % des cas sur lien 2 à 4 Mbits). Surtout que dans le même temps les FAI « grand public » proposent des offres fibre à moins de 30 €. La pilule passe mal, voir pas du tout. Au fait, c’est quoi la différence entre les offres pro à 1000 € et une offre à 29.90 € ?
    C’est donc une couverture massive du territoire qui permettra de proposer du THD aux entreprises à un prix raisonnable et surtout permettra le développement de nouveaux usages.

  2. Bonjour Mr Jean Pierre Merci de m’avoir envoy l’article Est ce que vous avez des projets sur le numerique consernant le senegal?

    Date: Wed, 16 Oct 2013 09:27:27 +0000 To: astouwadji@hotmail.com

  3. Merci pour cet article. On n’arrête pas le progrès comme on dit, passer au THD se fera progressivement mais l’expansion sera inéluctable. Certaines entreprises seront juste un peu en retard par rapport à d’autres dans cette avancée.

  4. Bonjour Jean-Pierre,
    Je ne comprends la tirade sur « le triste label zones d’activités THD dans les oubliettes de l’histoire », car c’est la garantie donnée par l’Etat pour les entreprises d’avoir du THD dans des conditions tarifaires et calendaires raisonnables.
    Et il récompense les collectivités qui ont investi souvent des millions d’euros pour accueillir les entreprises.

    Sans infrastructures THD, pas de services, et encore moins d’entreprises!

  5. @ Me
    Votre commentaire est intéressant mais il traduit une relative méconnaissance de certains aspects du sujet.

    Si certains usages sont en effet traitables en ADSL, cela est bien souvent impossible dès lors que l’échange de données informatiques nécessite une symétrie des débits montants et descendants, ce qui est le cas de nombre d’applications professionnelles.
    Et pour ceux qui peuvent être traités via l’ADSL, c’est au prix non pas simplement d’un inconfort d’utilisation, mais surtout d’une non-performance.
    Par analogie, on peut considérer qu’effectuer un trajet quotidien Paris-Nantes est toujours possible en empruntant la route nationale à bord d’une Twingo, mais qu’au-delà du confort, il est aussi plus performant ( + simple, + rapide, + sûr, …) de l’effectuer via l’autoroute avec une 508, et à fortiori à bord d’un TGV sur une voie réservée.
    En matière d’accès THD et de différence entre les services aux entreprises et les offres grand public à 30 €, la comparaison est du même ordre :
    vous pouvez traiter vos échanges informatiques et communications sur une bande passante partagée avec vos voisins, au débit fluctuant, à la qualité aléatoire et à la confidentialité non garantie, mais vous pouvez préférer le faire sur un canal privé, dédié exclusivement à votre entreprise avec un débit garanti 100% du temps;
    vous pouvez accepter, en cas de panne d’accès, d’attendre plusieurs jours sans garantie un retour du service, ou préférer avoir un engagement de votre fournisseur sur un rétablissement en moins de 4 H;
    Ces différences et d’autres ne sont pas, pour l’entreprise, du registre du confort mais de celui de sa performance et elles ont un coût qui se retrouvent naturellement dans les prix.

    Vous parlez d’ailleurs du prix de la fibre professionnelle, à plus de 1000 € pour 10 ou 20 Mbit/s.
    Ces niveaux de prix étaient exacts … en 2009 !
    Aujourd’hui, les prix moyens du marché sur ces débits sont plutôt de la moitié et vous trouvez même sur certains territoires desservis par des Réseaux d’Inititative Publique des offres à moins de 150 € !
    Pour vous en convaincre, cherchez sur votre moteur de recherche les offres  » I love la fibre  » et vous verrez à quelles conditions les entreprises de la Sarthe, du Maine et Loire ou encore des Pyrénées ont accès à la fibre professionnelle …

  6. « Vous parlez d’ailleurs du prix de la fibre professionnelle, à plus de 1000 € pour 10 ou 20 Mbit/s.
    Ces niveaux de prix étaient exacts … en 2009 !
    Aujourd’hui, les prix moyens du marché sur ces débits sont plutôt de la moitié et vous trouvez même sur certains territoires desservis par des Réseaux d’Inititative Publique des offres à moins de 150 € ! »

    Je ne connais pas le autres territoires, en tout cas à Pau c’est l’inverse !
    Les premières offres 100Mb/s étaient à ~70€/mois ; en 2013, je n’ai même pas pu obtenir le tarif. Par contre 10Mb/s : 750€ + 300€ de frais d’accès au service. Bien sûr on parle en hors taxes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s