L’aménagement numérique du territoire en questions. Appel à contributions

Entrepreneurs, acteurs, penseurs de l’aménagement numérique du territoire, ce post s’adresse à vous.

Les périodes pré-électorales semblent souvent de bons moments pour prendre le temps nécessaire aux bilans et pour faire un point afin d’envisager l’avenir. C’est sans doute particulièrement vrai en matière d’aménagement numérique du territoire, un chantier jugé prioritaire par la grande majorité des élus et des acteurs socio-économiques mais qui semble comme un peu « au milieu du gué ».  Entre les objectifs du plan très haut débit et la faiblesse opérationnelle des engagements, entre les budgets à mobiliser et une solidarité numérique au ralenti, entre la puissance des déclarations à très haut débit et la médiocre réalité des innovations en matière de services par exemple, le très haut débit se cherche encore un avenir, y compris d’ailleurs dans des programmes électoraux encore bien déclaratifs à ce sujet. Au moment où la France cherche à sortir du tout austérité pour inventer ou consolider ses leviers de création d’emplois et de services, la relative panne de ces investissements d’avenir questionne.

Depuis quelques semaines, j’ai donc repris le chemin de l’écriture en tentant de qualifier, sous une forme simple et didactique, les principales questions à résoudre pour avancer.  J’ai ainsi provisoirement ralenti le rythme de Numericuss pour tenter de synthétiser ces questions sous la forme d’un ouvrage et, soyons fou, sans doute même d’un double livre. Le premier prendra la forme d’un ibook multimédia qui pourra être régulièrement actualisé, complété et discuté. Le second sera plus classiquement dans un format papier et abordera des questions moins enclines aux modes sémantiques et au rythme de l’actualité. Plus de 100 interviews, une vingtaine de colloques et autres événements numériques, une large veille, une revue de presse et la lecture ou relecture de nombre d’ouvrages alimentent ces travaux. Quelques expériences projets, beaucoup d’entres-vous le savent, participent également du chantier.

A cette heure, j’ai ainsi bien avancé sur 9 premières questions qui me semblent fondamentales.

  1. L’aménagement numérique à très haut débit : une priorité nationale mais les moyens d’action sont-ils à la mesure des enjeux ? Trois modèles de déploiement en font-ils un de dimension nationale ?
  2. 100% des français très haut débit en 2020 ou 2025 mais avec quelles solutions de solidarité numérique ?
  3. La subsidiarité numérique ne reste-t-elle pas à inventer ? Collectivités, Etat, opérateurs, acteurs locaux.. . Qui devrait faire quoi ?
  4. Des opérateurs d’opérateurs aménageurs mais quelles organisations communes et quelles interconnexions entre leurs réseaux ?
  5. Des infrastructures passives existantes mais sont-elles facilement utilisables ?
  6. Des techniques et des coûts de déploiement à améliorer mais peu d’expérimentations de principes de construction alternatifs
  7. Des projets fortement consommateurs de bande passante mais un déficit d’aménagement des autoroutes de l’information nationales et européennes
  8. Côté aménageur : Une planification numérique orientée infrastructures mais n’oublient-on pas encore trop les usages ?
  9. Côté urbaniste et développeurs locaux : des expériences dans le domaine des territoires intelligents mais n’oublient-on pas encore trop les questions de maîtrise des infrastructures et de déploiement massif ou industriel ?

 Appel à critiques et contributions

Je souhaiterai d’une part bénéficier de vos critiques, remarques et suggestions sur cette esquisse. Je suis sûr de passer à côté de points déterminants, je sais mes faiblesses dans bien des domaines clés, j’ai mesuré la force de la parole de ceux qui ont tenté, qui ont écrit ou qui ont essayé de faire autrement…

Je cherche également à compléter les interviews et les contributions constitutives de la version multimédia du livre pour enrichir cette base de réflexion partagée. L’idée consiste à accueillir reportages, textes signés, portraits, zooms ou autres images pouvant permettre modestement de poser autant que possible l’ensemble des questions à résoudre pour vraiment avancer.

Beaucoup d’entres-vous me font l’immense honneur de réagir aux posts de Numericuss, le plus souvent par skype, téléphone ou mail d’ailleurs. Je veux donc leur dire toute ma gratitude.  Lorsque l’on a mesuré  la puissance de ces solutions de travail collaboratif, on a encore plus de mal encore à se couler dans les organisations très 1.0 qui restent encore la norme. Ce chantier livre numérique multimédia entend expérimenter un autre format et une autre solution. Merci donc de votre collaboration sous quelque forme que ce soit. L’objectif est de sortir une première version multimédia avant l’été.

Jpjambes@gmail.com

Skype : jpjambes

8 thoughts on “L’aménagement numérique du territoire en questions. Appel à contributions

  1. Que voilà de bonnes questions pour une remise dans le bain à mon retour du Sénégal
    il va falloir que je révise pour avoir un avis pertinent sur le sujet
    je me contenterai à ce stade de vous faire part de mon étonnement d’avoir constaté au Sénégal une couverture téléphonique quasi parfaite,ce qui est loin d’etre le cas en Lozère ; Même dans le plus petit village au fin fond du pays ça passe
    Orange, qui sponsorise la Can, est présent partout sur le terrain aussi bien dans la brousse qu’en ville ; impossible de faire 100 ou 200 m sans tomber sur un panneau ou etre sollicité par un vendeur
    deux autres opérateurs,Tico et Expresso, se partagent le reste du marché
    Voili Voilou j’ai bien conscience de ne pas répondre a la question posée ; juste un témoignage d’un citoyen qui revient d un pays que connait bien Jean Pierre et où il fait un peu « chaud » , peut etre un peu plus en ce moment et qui aimerait bien y retourner tant les habitants sont attachants
    Pour Jean Pierre  » Euleuk Subatel dé Gnouy dém Sénégal Gal Gua Gui Reubi (2) « 

  2. Jean-Pierre,

    Toujours partant. Tu connais aussi bien que moi la difficulté d’une telle entreprise : que son maître jacques se tape le « travail ennuyeux et facile » de faire produire à temps les copains et d’ assurer la cohérence.

  3. C’est vrai Bernard que la coordination de ce genre de travail demande du temps.

    Mais sans ce travail de chef d’orchestre, ce genre d’ouvrage n’est qu’une compilation inutile 😉

    Bravo Jean-Pierre, j’en suis.

  4. OK. Plus que du temps, de l’acharnement. J’ai déjà participé à une telle aventure qui a débouché sur une publication.

    Je proposerais assez volontiers que l’exemple de Manche Numerique (ou de tout autre cas qui a su trouvez un montage mutualisant les coûts du déploiement plus favorable que la mutualisation nationale entre zones dense, intermédiaire,peu dense)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s