Marc Bourhis – Communauté de Communes Coeur Côte Fleurie – à Mortain

Marc BOURHIS est DG de la Communauté de Communes « Cœur Côte Fleurie », une intercommunalité articulée autour de Deauville. Cette collectivité territoriale, présidée par Philippe AUGIER, vient d’attribuer une DSP Réseau d’Initiative Publique Très Haut Débit.

Après négociations avec 3 candidats, c’est finalement TUTOR qui l’a emporté  pour 25 ans. Cet opérateur spécialisé RIP devrait raccorder la quasi totalité des foyers et entreprises en fibre, soit 22.000 prises, avec un coût moyen estimé à 700 euros par prise. Les premières prises, environ 6000, seraient disponibles à l’automne. La Communauté de Communes a fait un choix courageux et je pense stratégique : commencer aussi par le rural.

Marc BOURHIS a exposé avec talent et humour cette première étape de ce projet. Ses propos sur les fourreaux et leurs encombrants, ses remarques sur les offres de dernière minute obligeant à s’engager en ADSL pour 3 ans, ou le passage sur les zones blanches qui deviennent soudainement moins blanches dés l’annonce du RIP (…),  rappellera de bons et moins bons souvenirs à plusieurs d’entre-nous. Souhaitons qu’il conserve cet humour british pendant les années à venir… « Il pourrait en avoir besoin« … qui a dit cela ???:)

4 commentaires sur « Marc Bourhis – Communauté de Communes Coeur Côte Fleurie – à Mortain »

  1. Du vrai rural à 700 € la prise, c’est bien non ? 70% moins coûteux que la prise à Aumont-Aubrac.

    Marc BOURHIS insiste sur la volonté politique de combler le gap technique et commercial entre la puissance publique et les opérateurs.

  2. (la prise à 700 €, cela correspond (à peu près) à la valorisation de la prise téléphone fixe à l’actif matériel du bilan de FT)

    Le constat que le résidentiel principal devenait le premier moteur du développement local fait par Marc BOURHIS est confirmé par toutes les recherches géographiques (sur le sujet) depuis le recensement de 1982 (dont la thèse que j’ai commis). C’est d’ailleurs une tendance lourde du développement humain, qui a été contesté durant 200 ans (à partir de la création des Salines royales d’Arc et Sénans) par le capitalisme d’exploitation du salariat.

    Conclusion : il existe (peut-être) un moyen de mutualiser le coût du déploiement du très haut débit autre que national

  3. N’oublies pas que les volumes concernées, versus nombre de prises à construire en jeu, sont quelque peu différents entre ces 2 projets. La comparaison prix directe n’a donc que peu de sens.

  4. D’accord. C’est bien pour cette raison que je pense qu’existe une possibilité de mutualisation locale plus performante que la mutualisation nationale.

    Au demeurant, les données du fibrage d’Aumont-Aubrac sont nettement plus favorables que celles de la Côte Fleurie sur le critère densité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s