E-services de proximités augmentées : place aux démonstrations !

IMG_0349Dans ce blog, comme dans les conférences auxquelles je suis invité ou dans mon dernier ouvrage, je signale régulièrement les lacunes actuelles en matière d’innovations services très haut débit et l’absence de volets dédiés dans la plupart des stratégies numériques. Les offres des opérateurs télécoms ne font que proposer des solutions de type ADSL sur un support fibre optique. Les pouvoirs publics ont décidé que ce volet ne relevait pas de leurs compétences, tout au moins en matière d’aménagement numérique. Ce double non-investissement constitue l’une des lacunes les plus pénalisantes non seulement pour rendre possible la construction des réseaux de nouvelle génération mais également pour moderniser les services publics et optimiser les dépenses associées. Le lancement d’un grand chantier services publics très haut débit associant l’Etat, des entreprises et des Collectivités Territoriales reste pour moi plus que jamais un complément à la fois logique et nécessaire à tout programme numérique. Modestement, en lien avec plusieurs start-up et entreprises françaises, je tente donc de travailler ces projets services. Le chantier a démarré voici quelques semaines ; il prendra plus d’ampleur en 2013. Il vise à mettre au point, à travers plusieurs sites d’expérimentations complémentaires, une typologie de bouquets de services de proximités augmentés utilisant des infrastructures réseaux fixes et mobiles de nouvelle génération.

Point particulier, chaque programme se fonde sur l’expérience des usagers, étroitement associés à la mise au point des services, et sur les compétences complémentaires d’entreprises dont plusieurs ne sont pas spécialisées dans le numérique. Je suis en effet plus que jamais convaincu que les écosystèmes trop consanguins des microcosmes de discussion des mondes numériques de demain manquent cruellement de variété pour réussir. Je présenterai ces projets en 2013. Avant cela, dans Territoires et numériques, j’avais tenté de démontrer l’intérêt de ces solutions à partir d’expériences ou de programmes déjà lancés. Elles confirment tous l’intérêt des interactions entre organisation territoriale, maîtrise de réseaux haut ou très haut débit et productions de services ou de solutions à valeur ajoutée. Je vous propose donc quelques extraits de « Territoires et numérique » consacré à ces sujets.

Éducation en ligne et accès Internet intégré dans les chambres universitaires

L’origine du premier projet est déjà ancienne ; nous l’avions démarré en 2008 dans la Communauté d’Agglomération de Pau Pyrénées en partenariat avec Axione et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Uppa). Il est aujourd’hui animé par Gérard Fauveau. Il vise à proposer une prise Internet activée dans chacune des 1547 chambres des 13 bâtiments du CLOUS de l’agglomération. Chaque prise, interconnectée avec le réseau fibre optique public et l’Espace Numérique de l’Uppa, permet aux résidents, de disposer d’un accès Internet et d’accéder également aux ressources pédagogiques en ligne de ladite université via une solution de type réseau étendu. Sur une même solution, il est ainsi possible de concilier internet social, interconnexion avec les ressources en lignes déployées par un opérateur public et solution commerciale.

E-santé et hôpitaux de proximité

Un second exemple illustre le cas d’un projet destiné à interconnecter des opérateurs publics afin de mutualiser des ressources et augmenter la qualité du service rendu. Relais de services publics, services à la personne, E-santé, les idées et les cas d’application se révèlent particulièrement nombreux dans ces domaines. Ils se développent par exemple au sein des projets de coopérations entre hôpitaux. C’est le cas par exemple en région Rhône-Alpes via un « projet de santé de territoire ». Le territoire de santé constitue un espace de référence pour l’organisation des soins hospitaliers au sein duquel se développent les coopérations avec les Collectivités locales. C’est notamment le cas en matière de télémédecine pour maintenir un réseau d’hôpitaux de proximité. La fermeture des maternités comme des hôpitaux ruraux, ou leur transformation en maisons de retraite plus ou moins médicalisées, sont en effet vécues par la population comme un abandon. Or, la présence permanente de spécialistes figurent parmi les critères qui participent du maintien ou pas de ces établissements. Dans un contexte d’installations de plus en plus difficile, notamment en zone rurale, l’une des solutions consiste à jouer la carte de la mutualisation. Partage de spécialistes, consultations en ligne, télédiagnostic ou encore par exemple télé-radiologie, les réseaux de nouvelle génération permettent d’opérationnaliser ces interventions à distance pour offrir à plusieurs des services qu’un établissement seul aurait du mal à conserver. Ces projets supposent toutefois non seulement que l’on dispose de manière permanente ou sur un mode « à la demande » de réseaux de télécommunications très haut ou ultra haut débit, mais aussi d’une assistance en termes d’ingénierie de développement et d’une solution de péréquation numérique interne. On peut ainsi à la fois lisser les coûts d’interconnexion, partager des offres de fourniture de bande passante, réduire les coûts de développement et mutualiser les professionnels comme les matériels.

Tourisme : solutions de convergences entre réseaux fixes publics et applications mobiles

Le troisième exemple concerne l’une des compétences importantes des Collectivités Territoriales, le développement économique. Il démontre l’intérêt des interactions qui existent entre réseaux très haut débit filaires et solutions de mobilité. Les potentialités s’avèrent  nombreuses dans ces domaines ; elles restent pourtant finalement peu travaillées. Nous n’en rappellerons qu’une pour lesquels la maîtrise d’une offre de services publics très haut débit aurait un impact sans doute décisif. Elle concerne le tourisme. Le tourisme s’affirme en effet comme l’un des secteurs les plus intéressants de ce point de vue. Valorisation du patrimoine local, e-promotion, applications orientées géolocalisation ou réalité augmentée, la liste des initiatives territoriales dans ce domaine s’enrichit chaque jour davantage. Toujours plus d’interactivité, toujours plus de personnalisation, la palette des solutions déployées se révèle riche et variée. Leur efficacité reste toutefois handicapée par l’obstacle des réseaux GSM. Il n’est pas en effet toujours budgétairement facile pour un européen non français, un russe, un nord-américain, un brésilien ou un chinois de profiter de ces applications en utilisant son abonnement mobile national. Du coup, elles restent de fait souvent réservées aux seuls habitants de notre pays. Etrange pour un pays qui se veut la destination tourisme n°1… En revanche, si la puissance publique pouvait déployer un réseau de type Wifi réservé à ces applications, par exemple via une série de points hauts interconnectés avec un réseau très haut débit dont elle est propriétaire, le touriste étranger n’aurait plus besoin d’utiliser son abonnement GSM. Il profiterait en outre des débits offerts par un réseau radio très haut débit et des applications pensées en fonction de ces débits. La Collectivité Territoriale pourrait même compléter, en respectant les obligations légales, sa base de données « clients » pour mieux ensuite travailler l’après-vente, la fidélisation, la recommandation ou la prescription.

Très haut débit et réseaux d’éclairage public intelligents

Un quatrième exemple concerne les solutions numériques orientées développement durable et, plus précisément, économies d’énergie et réseaux. Les projets d’interconnexions entre réseau très haut débit et éclairage public déjà lancés confirment les potentialités ouvertes dans ces domaines. Nous avons déjà cité l’exemple de Tulle. C’est par exemple aussi le cas d’Oslo qui a lancé une expérimentation concernant 10000 des 62000 lampadaires de la ville. Elsa Sidawy explique ainsi que, outre les classiques changements d’ampoules, l’opération a consisté non seulement à intégrer des capteurs de luminosité qui mesurent avec exactitude le niveau d’éclairement des surfaces, mais aussi à traiter en ligne ces différentes données afin d’optimiser l’éclairage au jour le jour. Des appareils de mesure fournissent par exemple des indications sur l’encombrement des routes afin notamment d’augmenter l’éclairage en cas d’affluence. Ce sont donc les lampadaires eux-mêmes qui informent le gestionnaire du réseau. Un site Internet ouvert à tous les usagers leur offre également la possibilité de signaler les dysfonctionnements en quasi temps réel. L’ensemble de ces données est centralisé, analysé et permet l’optimisation de la maintenance du réseau. Le système, qui a été déployé par la ville d’Oslo et la compagnie nationale de distribution d’électricité Hafslund ASA, contribue ainsi à une réduction de la consommation électrique de près de 70 %. L’économie potentielle a été estimée à 4,5 GWh/an pour un investissement sur 10000 lampadaires dits intelligents estimé à 6 millions d’euros. Le temps d’amortissement varie entre 5 et 8 ans, mais l’expansion de ce marché devrait encore réduire les coûts.

Internet social, santé, éducation, énergie et services publics, tourisme, on voit donc bien à quel point une initiative d’envergure en matière de services numériques d’intérêt public ferait aujourd’hui sens. Elle permettrait non seulement de moderniser ou de simplifier la distribution des services publics mais serait aussi  un moyen d’économies de fonctionnement dans les budgets publics. Elle constituerait également un levier de développement local à même d’accroitre les moyens d’actions et les ressources des acteurs de proximité. Services publics, efficience budgétaire, projets de développement des territoires, le nom de code utilisé pour ce programme dans Territoires et Numérique est « CSP21 » pour Canal de Services Publics du XXIè siècle. Nous y reviendrons très régulièrement en 2013.

5 commentaires sur « E-services de proximités augmentées : place aux démonstrations ! »

  1. Excusez ce propos mais comment peut-on être un expert du web et avoir une mise en page de blog aussi peu lisible?

  2. J’aime bien cette mise en page moi 🙂 mais les goûts… mais j’espère que vous appréciez ce qui est écrit au moins. Cdlmt et très belles fêtes !

  3. ses un très bon article, vous avez partagé. la chose que vous voulez parler dans votre article est très très clair pour moi et je pense que son bien à être arriver que. Merci pour le partage de l’article ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s