France Telecom ne renonce pas à contractualiser avec un RIP, celui de Pau, pour lancer des offres Ftth.

 Version 3. Pan sur le Bec de Numericuss ! Mes informations concernant la décision de France Telecom de renoncer à devenir VFAI sur le réseau fibre optique de Pau Pyrénées étaient donc fausses. Voici ci-dessous la réponse officielle de France Telecom.

Réponse de France Telecom

« – suite aux différentes négociations, nous sommes arrivés à une situation satisfaisante sur l’offre de Pau Broadband Country (PBC).

– nous avançons avec PBC sur les aspects contractuels, mais nous n’avons jamais dit que l’on renonçait à contractualiser.

– dire que PBC a été obligé de modifier son offre active pour répondre à nos besoins est une présentation des choses erronée : l’ARCEP impose à tout opérateur de disposer d’une offre passive. PBC aurait donc dû faire cette modification pour se conformer à ses obligations réglementaires.

– en outre et dans la poursuite des échanges, il faudra également pouvoir procéder à des tests techniques courant 2012 avec PBC.

– le fait que l’on cherche à devenir OI sur Pau est inexact ; peut être une confusion avec la prestation de câblage des immeubles neufs qui est une offre disponible à l’échelle nationale. »

Dont acte. Nos informations étaient donc inexactes et, franchement, j’en suis heureux tant cette décision aurait marqué sans aucun doute un épisode malheureux non seulement pour le réseau de Pau mais pour les RIP THD en général. Espérons maintenant que la livraison des solutions demandées à Axione par FT, puis le lancement effectif des offres de France Telecom ne tarderont plus. Là encore, à suivre.

 

16 commentaires sur « France Telecom ne renonce pas à contractualiser avec un RIP, celui de Pau, pour lancer des offres Ftth. »

  1. Quelques questions Jean-Pierre pour « rafraichir » ma vision du dossier :
    1- Combien de prises (foyers) déployées à ce jour par Axione pour PBC ?
    2- % de couverture (en foyers raccordés) vs Ville (Agglo de Pau) ?
    3- Nbre d’Abonnés (tous FAI confondus)

    Je viens de vérifier il y avait « une tache rose » sur PAU dans les cartes DATAR en sortie AMII, donc pas d’intention de déploiement de FT-O…
    Qu’en pense donc l’ARCEP ?
    ;-/

  2. Jeux de dupes. Je te tiens, tu me tiens par la barbichette, et à la fin c’est toujours France Telecom Orange qui l’emporte.
    Depuis le temps que je vous dis que l’opérateur historique a gagné la guerre de l’infrastructure…

    Pourquoi l’honorable maison signe-t’elle maintenant des conventions avec les gestionnaires d’immeubles palois ? Tout simplement pour pulvériser son rival SFR, dont on connait le peu d’entrain à promouvoir vraiment le très haut débit : quand le volume d’immeubles fibrés Orange aura atteint un seuil critique (que je ne connais pas), l’opérateur appuiera sur le bouton du marketing pour prendre les parts de marché de SFR (20%, plus fort taux de pénétration FTTH en Europe du Sud) et fera diminuer le trafic sur le réseau PBC de telle façon qu’Axione (si tant est que celle-ci reste délégataire) soit pris à la gorge.

    Alors, il suffira à FTO de prendre place sur PBC à des conditions avantageuses, et ainsi (re)devenir opérateur unique sur l’agglo Pau Pyrénées…

    Passons donc à autre chose, et portons le combat sur le terrain des services, des applications, des usages.

  3. réponses

    1- Combien de prises (foyers) déployées à ce jour par agglo et Axione pour PBC ? environ 55000 sur un total d’environ 72000 lignes agglo
    2- % de couverture (en foyers raccordés) vs Ville (Agglo de Pau) ? 11000 abonnés et quelques
    3- Nbre d’Abonnés (tous FAI confondus). cf ci dessus

  4. A remarquer : malgré les efforts d’Axione pour rendre la plaque PBC compatible avec les exigences techniques de FT-O, celle-ci refuse de venir. On connait ailleurs en France, au nord de la Loire, un autre opérateur, partisan du P2P celui-là, qui refuse toujours de venir sur un RIP FTTH de très grande taille qui pourtant avait conçu son infrastructure pour ça…

    Ces histoires de fibre activée vs. fibre noire, PON vs. P2P, etc. ne sont que blahblah marketing des « grands » opérateurs, ne reposant sur aucune justification technique réelle.

    A noter : la solution technique choisie et déployée sur Pau Broadband Country est la plus avancée, la plus flexible, et la plus économique à l’usage : ActiveEthernet.

  5. AON eg Active (Ethernet) Optical Network, comme dans l’Ain!
    Open, Activ, Neutral

    Bref tout l’opposé de ce que l’oligipole a obtenu..

  6. Pour ceux qui ont l’habitude de raisonner en terme de processus de coopération, il suffit qu’il existe un acteur dominant pour que naturellement, il empoche tout l’avantage de la coopération : dans tous les processus de coopération, il faut qu’il existe une règle de coopération maintenue avec grande rigueur afin que l’avantage de la coopération soit répartie a minima équitablement ou mieux afin d’animer une dynamique de développement.

  7. Excellente remarque je trouve. C’est vrai que parfois sur des infras dites à juste titre d’intérêt général, il faudrait soit mettre en place les termes d’une vraie concurrence, soit décider qu’il existe un et seul opérateur aménageur avec des règles claires de location des infra existantes et e catalogues de services. Nous ne sommes pas vraiment ans un cas ni dans l’autre. Parfois, et l’épisode dont cet article rend compte ne m’incite guère à changer d’avis, je crois que l’on s’évertue à compliquer les choses au principe d’une sacro sainte concurrence à soutenir. La vraie valeur ajoutée sur laquelle la concurrence s’impose, c’est sur les services et non sur les infra.

  8. Et il y a toute la question pour l’ARCEP de ‘réguler’ sur des territoires où l’initiative publique a, lasse d’attendre, déployé bien avant qu’elle sorte ses ‘ recommandations FTTH’ : PBC, SIEA pour ne citer que ces RIP… Cette même ARCEP qui n’a rien proposé pour encadrer les velléités de ‘gaspillage’ d’argent privé sur ces mêmes territoires…

  9. Tu rigoles : en France, depuis 1789, il n’existe plus d’autorité qui puissent édicter des règles. L’ARCEP, non seulement elle édicte mais encore elle édicte du flottant motivé sur aucun principe général de droit, voire en violation des principes généraux du droit.

    En ce qui concerne les règles de coopération, ce sont l’entrecroisement des réseaux de voisinage qui font qu’ils s’autocontrôlent, pas qu’existe une autorité de régulation coûteuse capable de produire 17 000 règles en 14 ans (plus que 10 codes civils)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s