Une bonne équation économique territoriale : économies numériques + énergies nouvelles et renouvelables = valeur ajoutée durable.

Cette information publiée par datacenter.silicon.fr a attiré mon attention. Dans un message publié sur le forum de la société, le fondateur de l’hébergeur OVH confirme sa volonté d’investir dans les énergies renouvelables (ENR). Son objectif : maitriser les coûts de l’énergie. L’information pourrait sembler relever de l’anecdote. Je ne le pense pas pour au moins 2 raisons.

Tout d’abord parce que l’une des limites souvent reconnues au développement du numérique tient aux consommations énergétiques de plus en plus fortes générées. Un exemple en est donné par le titre de la chronique de France Info du 28 janvier 2011, « Internet, nouveau glouton énergétique ». France Info se demande si le réseau Internet consommera autant d’énergie dans 20 ans que l’humanité aujourd’hui ? Si rien n’est fait, oui, répond un chercheur allemand. Les professionnels du secteur commencent à s’inquiéter de la voracité énergétique du réseau dont la consommation a doublé ces huit dernières années. Tout ce qui concourt à une réduction des consommations d’énergies fossiles va donc dans le bon sens.

La seconde raison qui m’incite à penser que cette décision d’OVH est importante tient aux liens forts qui unissent potentiellement deux des formes d’économies faiblement destructrices actuellement émergentes, le numérique et les ENR. Les faits démontrent que ce sont là deux émergences fortes en termes d’économie territoriale. Les territoires peuvent et ont tiré profit de ces deux « nouvelles » économies.

OVH en donne un nouvel exemple. L’hébergeur déclare qu’il a investi dans l’éolien pour soutenir une jeune pousse nordiste spécialisée dans ce secteur. “Pour l’instant le marché est totalement bloqué par 3-4 constructeurs qui se sont fait agréer auprès de banques et donc aucun autre fabriquant d’éolien ne peut pas se développer par manque de financement” explique Octave Klaba, fondateur d’OVH. En l’état, l’entreprise de Roubaix cherche à tester un prototype d’éolienne afin valider le produit (et le projet) puis de l’homologuer avant son utilisation en conditions commerciales. “Si tout se passe bien alors, nous allons pouvoir le démonter et le mettre en place sur le terrain que nous possédons en Alsace (…) Ce champ est pour l’instant vide et il attend les éoliennes (…) Et comme on ne souhaite pas que ça soit juste un autre champ standard avec des technologies anciennes, on le finance par nous-mêmes sans les banques qui ne souhaitent pas entendre parler de ce projet” justifie le fondateur d’OVH. Celui-ci aimerait démarrer la production d’énergie courant 2012. Et devenir autonome dès 2015. Un immense chantier et une problématique complexe à gérer pour l’hébergeur qui ne peut prendre le risque de voir sa facture d’électricité augmenter sans répercuter ce coût sur ses clients. Et donc, entraîner une profonde remise en cause de son modèle “low cost”. OVH, qui a de la suite dans les idées, pourrait même faire appel à ses clients pour cofinancer les futures installations…

Financement d’innovations ENR, production d’énergies renouvelables, maîtrise (certes à démontrer encore…) des coûts de fonctionnement des data-centres, création d’emplois locaux non délocalisables, taxes, nouveaux outils de monitoring énergétique de la maison… L’équation « numérique + ENR » est prometteuse. Quel dommage que l’Etat ait décidé de fait de tuer les initiatives photovoltaïques dans ce domaine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s