Investissements publics très haut débit. Les modèles « concessions » sont-ils la bonne solution ?

Dans l’histoire des politiques d’aménagement numérique des territoires français, les délégations de services publics concessives ont été le modèle ultra dominant de la décennie 2000 – 2010. L’immense majorité des Collectivités Territoriales engagées dans les projets haut débit via des opérations de dégroupage de la boucle locale ont en effet eu recours à ce type de partenariats publics – privés. Désormais, une nouvelle étape commence. Elle sera marquée non plus par l’exploitation de la vieille boucle cuivre mais par le déploiement de nouvelles infrastructures optiques.

Les concessions resteront-elles l’alpha et l’oméga de ces réseaux d’initiative publique, comme c’est le cas par exemple dans la DSP THD 92? Pourrait-on plutôt voir des solutions de type affermage retrouver davantage de poids, sur le modèle par exemple du réseau de l’agglomération de Pau Pyrénées ? Verra-t-on des solutions de type « Sociétés Publiques Locales » s’imposer en lieu et place ou à côté des DSP, comme dans le Grand Toulouse ou dans la Communauté de Communes de Maremne Adour Côte Sud ? Quelle est votre opinion ?

Je vous remercie de prendre quelques minutes pour répondre à ce rapide sondage.

enquête clôturée

Merci par avance de votre coopération.

Le développement numérique des territoires dans la campagne de François Hollande : précisions attendues !

Présenté comme l’un des leviers pour « relancer la production, l’emploi et la croissance », la proposition 4 des 60 engagements de François Hollande affirme le soutien au développement « des nouvelles technologies et de l’économie numérique, levier essentiel d’une nouvelle croissance, en organisant avec les collectivités locales et l’industrie la couverture intégrale de la France en très haut débit d’ici à dix ans ». Proposition forte, positionnée haut dans la hiérarchie implicite des engagements du candidat, mais qui n’esquisse en fait rien de véritablement nouveau en matière d’annonce. Le Programme National Très Haut Débit de l’actuel gouvernement s’était en effet donné le même objectif pour l’année 2025 avec 70% des ménages raccordées dés 2020. L’une des questions encore sans réponse consiste ainsi à savoir comment l’engagement de F. Hollande pourra être tenu, quel modèle il choisira et comment il assurera la financement de la construction du Très Haut Débit. Lire la suite de « Le développement numérique des territoires dans la campagne de François Hollande : précisions attendues ! »

A RESEAUX HAUT DEBIT LOCAUX, SERVICES (AUSSI) LOCAUX

Et si l’efficacité des investissements numériques des collectivités territoriales dépendait aussi de leurs capacités à co-inventer de nouveaux services en ligne? En lien avec une contribution publiée voici quelques jours, ce second texte aborde cette vaste interrogation en tentant d’esquisser les grandes lignes d’une plate-forme de E-services de proximités augmentées. Lire la suite de « A RESEAUX HAUT DEBIT LOCAUX, SERVICES (AUSSI) LOCAUX »

Pour une décentralisation numérique ?

Une récente publication de l’AVICCA rappelle que les règles d’éligibilité aux aides nationales pour la montée en débit et le Très haut débit viennent d’être précisées. L’association regrette à cette occasion que ses demandes pour organiser une véritable péréquation nationale n’aient pas été entendues.  Elle remarque « qu’une fois de plus, ce sont les territoires les moins denses, en particulier ruraux, qui sont pénalisés« . Elle publie d’ailleurs à ce sujet une carte qui montrerait que  » le taux de charge entre ces différentes catégories de Conseils généraux varie donc de plus de un a trois en moyenne. En l’absence d’une solution d’alimentation pérenne du Fonds d’Aménagement Numérique du Territoire (FANT), c’est une fois de plus la réalité de la volonté nationale de lancer ce grand chantier numérique qui est mis en doute par l’Avicca. Lire la suite de « Pour une décentralisation numérique ? »

Pour un projet numérique global

Le récent article signé d’Yves ROME, Président de l’Avicca résume bien la contradiction impossible à tenir dans laquelle nous sommes à ce jour rendue en France dans le domaine de l’aménagement numérique des territoires. Je vous le propose ci-dessous. Par-delà ces aspects « infrastructures » et « aménagement numérique », d’autres fossés numériques semblent se creuser de plus en plus.  Le récent rapport du Centre d’Analyse Stratégique le rappelle. Sans nul doute, vont-ils rapidement imposer de travailler aussi les initiatives liées à la formation. Nous sommes en retard dans bien des domaines. L’Etat est clairement en échec car il n’aura pas réussi dans les dernières années à lancer un projet à la mesure des défis.  Mais notre pays dispose de vrais atouts. Désormais, par-delà les clivages, l’urgence se fait jour. La situation pose ainsi une question aussi simple à exprimer que difficile à traiter : comment faire maintenant d’un problème une chance ?

Travaux de déploiement d’infrastructures, services, innovations technologiques, inventions immatérielles, nouvelles proximités, emplois, services, durabilité… Le chantier numérique est l’un des plus difficiles, des plus concurrentiels et des plus beaux qui se présentent à nous. Face à cet enthousiasmant projet, nombre sont ceux qui en appellent à une (r)évolution des pratiques, des modes de gouvernance, des modalités de formation, de travail ou des services. Le numérique est enthousiasmant car transversal et moteur. Il est l’une des clefs pour ouvrir les mondes à venir.

Et face à cette révolution, que se passe-t-il en France aujourd’hui ? Où est la vision ? Où est le grand projet national public ? Qui a les clefs du chantier ? Où est l’ambition ?… Côté infrastructures, la puissance publique nationale a décidé de ne rien faire tant que le marché n’aura pas décidé. Les Collectivités territoriales ont vu la règle corseté leurs marges de manoeuvre. Côté formation, les initiatives restent finalement l’exception. Côté opérations, la mine du cuivre va bien et vous remercie…

Le temps ne fait décidément rien à l’affaire.

Lire la suite de « Pour un projet numérique global »

Très Haut Débit , questions d’avenir… Peut-on attendre 2013 pour décider ?

Le lancement du Grand emprunt, et de l’un de ses volets d’investissements d’avenir consacrés au très haut débit, a entre-ouvert une fenêtre. C’est une bonne nouvelle. Mais le rôle de l’Etat peut-il se limiter à ce seul volet financier ? Évidemment non. La campagne présidentielle déjà lancée ne risque-t-elle donc pas de laisser bien des questions tout aussi déterminantes au mieux à l’état d’interrogations, au pire au rang de sujets qui ne seront traités qu’en 2013, voire 2014… Aménagement numérique, simplification des textes encadrant l’action des collectivités territoriales, péréquation, expérimentation de modèles de construction alternatifs, résorption des fractures numériques… la liste des obstacles à franchir est longue ; pour beaucoup, elle risque bien d’accroître encore le retard de la France dans le très haut débit. Revue non exhaustive des positions de quelques observateurs attentifs… Lire la suite de « Très Haut Débit , questions d’avenir… Peut-on attendre 2013 pour décider ? »