13 Plates-Formes Mutualisées d’Innovation pré-sélectionnées

L’appel à projets lancé via les fonds mobilisés dans le programme national Investissements d’avenir a récemment retenu 13 plates-formes mutualisés d’innovation. Pour mémoire, ces  dernières visent à offrir aux entreprises, et tout particulièrement aux PME et aux entreprises de taille intermédiaires (ETI), des ressources mutualisées (équipements, personnels, services associés) qui permettent de mener à bien des projets de recherche et de développement ainsi que des projets innovants. Grâce à cette mutualisation, les PME et ETI peuvent ainsi accéder à des équipements de haute technologie qu’elles n’auraient pas les moyens d’acquérir ou d’utiliser seules. Elles peuvent de même réaliser des tests et élaborer des prototypes, voire disposer de « living labs ». Le programme est doté de 50 millions d’euros de financement public sous forme d’investissement en capital dans les sociétés d’exploitation des plates-formes et de subventions à ces mêmes sociétés.

Les plates-formes retenues

Les projets sélectionnés sont les suivants :

  1.  « CR2i », portant sur la création d’une plate-forme de recherche biomédicale à la convergence des marchés du diagnostic, de la thérapie et des TIC, coordonné par l’association CR2i en région Languedoc-Roussillon ;
  2. « Decidaie », visant à constituer un système d’aide à la décision pour l’agriculture, coordonné par l’entreprise CS Système d’information en régions Midi-Pyrénées et Aquitaine ;
  3.  « Eco-Ex », portant sur la création d’une plate-forme concernant la valorisation des coproduits issus de l’agriculture tropicale, de l’industrie agroalimentaire et de la pêche, coordonné par le pôle de compétitivité Qualitropic à la Réunion ;
  4.   « Ecotox Rovaltain », portant sur la création d’une plate-forme dédiée à l’évaluation et à la prévision des risques sur la santé et l’environnement d’agents potentiellement toxiques, coordonné par l’association de préfiguration Pôle Ecotox en région Rhône-Alpes ;
  5. « Greenerbat », portant sur la création d’une plate-forme de formation et de tests des performances énergétiques des bâtiments, coordonné par le pôle de compétitivité S2E2 en région Centre ;
  6. « Hydroref », portant sur la création d’une plate-forme de services pour le développement de nouveaux procédés, matériaux et matériels utilisés dans les réseaux d’eau, coordonné par le pôle de compétitivité Hydreos en régions Lorraine et Alsace ;
  7. « ID-IP », visant à créer un environnement de tests fonctionnels, de conformité, d’interopérabilité pour toutes les solutions matérielles et logicielles liées à l’identification numérique, coordonné par l’entreprise Gemalto en région Provence-Alpes-Côte d’Azur ;
  8. « Improve », portant sur la création d’une plate-forme concernant la valorisation des protéines végétales, coordonné par l’entreprise TEREOS en région Picardie ;
  9.  « Inovsys », portant sur la création d’une plate-forme concernant l’ingénierie des procédés avancés de la mécanique à haute valeur fonctionnelle, coordonné par l’association Inovsys en région Provence-Alpes-Côte d’Azur ;
  10. « Moissannes gazéification », portant sur le développement d’une plate-forme d’essais pour les technologies gravitant autour de la gazéification de la biomasse, coordonné par l’entreprise Eneria en région Limousin ;
  11. « RIC », ayant pour ambition de préparer le commerce aux évolutions majeures à venir dans sa relation avec les clients de par l’arrivée des nouvelles technologies, coordonné par le pôle de compétitivité PICOM en région Nord-Pas-de-Calais ;
  12. « S2P », portant sur la création d’une plate-forme concernant le secteur des produits plastiques intelligents, coordonné par l’association Pôle Européen de Plasturgie en région Rhône-Alpes ;
  13. « SPRING », portant sur la création d’une plate-forme constituée d’outils de tests et de production pilote pour la mécanique et la mobilité, coordonné par le pôle de compétitivité Viaméca en régions Auvergne et Rhône-Alpes.

Ces projets entrent désormais dans une phase d’ingénierie destinée à approfondir les conditions techniques, économiques, financières et juridiques préalables à la création des plates-formes. Au terme de cette phase, les projets seront à nouveau évalués et la liste définitive des projets ainsi que la contribution du Programme des investissements d’avenir à leur financement seront déterminés.

Mutualisations et innovations dans le secteur public ?

Cette piste de projets de ressources mutualisées entre entreprises pourrait, on l’espère, inspirer également les responsables d’organisations publiques. Là aussi, comme je le rappelais ici, les besoins de modernisation, d’économie et d’innovation sont immenses. Là aussi, se joue également l’attractivité de notre pays et la qualité de vie de tous. Santé, éducation, solidarités, proximités augmentées, économies locales, tourismes… les champs de mutualisation entre acteurs publics et les attentes des publics cibles se révèlent immenses. C’est d’ailleurs l’une des actions à fort effet d’entrainement qui manque toujours pour inventer la vie et les réseaux numériques de nouvelles génération, fixes et mobiles, de demain.

Aussi, faut-il à la fois féliciter le Commissariat Général à l’Investissement et la Caisse des Dépôts pour cette première étape, et suggérer de s’appliquer aussi à soi-même ce que l’on préconise pour les autres. A quand donc un État et des Collectivités Territoriales exemplaires dans ces domaines de mutualisation de ressources, en particulier numériques ? A quand un Programme Investissements d’Avenir, étape 2, qui soutiendra aussi les plates-formes et projets de ce type dans le secteur public ? Les investissements qui construisent l’avenir ne sont en effet bien sûr pas exclusivement privés.

Un commentaire sur « 13 Plates-Formes Mutualisées d’Innovation pré-sélectionnées »

  1. Quelques remarques à chaud (+30°C à l’ombre) :
    – 11 régions « seulement », dont Rhône-Alpes largement doté puisque portant 3 projets;
    – 5 projets dédiés « tests & essais », 2 seulement réellement dédiés « production »;
    – tous les autres projets sont spécifiquement R&D.

    D’où ces quelques commentaires :
    – Les régions Bretagne & Normandie sont curieusement absentes, alors que leur tissu industriel passé et présent (télécoms, pétrochimie, agriculture…) justifierait quelques plate-formes complémentaires de celles présentées ici…
    – Recherche & Développement et Tests & Essais sont les secteurs pregnants, alors que, ce fût l’un des thèmes principaux de l’élection présidentielle, la ré-industrialisation du pays doit être une priorité. On peut me rétorquer que la R&D prépare aux industries de Demain et donc à l’Industrialisation (par opposition à « ré-« , qui suppose selon certains la remise en route d’industries existantes), je suis étonné par l’absence de projets portant sur la Production (= la mise en oeuve immédiate de tel ou tel service ou technologie). Comme trop souvent, nous risquons d’être victimes du syndrôme « on n’a pas de pétrole mais on a des idées »…
    – A part GreenerBat, rien sur les énergies renouvelables ni les véhicules électriques, domaines pourtant typiquement d’avenir.

    En résumé : un sentiment mitigé. « C’est un bon début, c’est mieux que rien, mais… y manque le p’tit truc qui m’ferait sauter de joie… »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s