Aménagement numérique des territoires – Les 14 travaux d’Hercules ?

Je sais je sais, Hercule n’a en fait réaliser que 12 travaux…  Mais le temps passe et s’il revenait aujourd’hui, sans nul doute en ferait-il plus pour pouvoir passer au 20 heures. Une communication réussie est à ce prix ! Il monterait même j’en suis sûr une solution Hercule 2.0… Bref, ce ne serait plus Hercule, fils bâtard de Zeus et d’Alcmène, mais une épopée ultra-moderne managée par un réseau de grands lascars associés autour d’un vrai projet. Comme en matière d’aménagement et de développement numériques des territoires ? La preuve dans les lignes qui suivent. Un petit article pas sérieux pour tester un vrai schéma d’organisation. Critiques espérées…

Parfois, dans la solitude des débats sur l’aménagement numérique des territoires, dans la confusion née de la lecture d’annonces aussi vagues que peu contractuelles, dans le charme mystérieux des forums qui se succèdent au congrès, on se prend à rêver. Et si on avançait vraiment ?

Une petite annonce ici. Un projet expérimental là. Quelques astucieuses tactiques pour geler les initiatives. Force rodomontades à grands coups de points d’aboutement optique censés signifier le raccordement en fibre des 100% d’usagers derrière ledit point.  De nombreux discours, souvent passionnants. Tout cela fait-il projet ou investissements d’avenir ? Beaucoup pense que non et ont comme une impression de manque de cohérence.  C’est mon cas je l’avoue. Mais comme je me suis déjà beaucoup trompé, je le confesse chers amis et ennemis, il n’est pas exclu que cela soit à nouveau le cas. Mais qu’importe finalement, on n’est pas à l’abri de l’accident de la bonne idée. Je tente donc à nouveau, dans mon petit campus en ligne, d’apporter une pierre pour, si ce n’est de faire avancer « la cause », mais au moins participer à son explication.

Après avoir examiné la piste sans doute trop oubliée des E-services haut ou très haut débit de proximité, elle aussi encore en chantier, je complète donc en reprenant le chemin des plombiers de l’optique et des tuyaux. Le projet est simple. Il vise, d’une part, à synthétiser les principales actions qui pourraient structurer une politique nationale d’aménagement du territoire et, d’autre part, à tenter de comprendre qui devrait où pourrait faire quoi ? C’est l’objet du brouillon de schéma ci-dessous (cliquer sur la figure pour l’agrandir). Quelques explications rapides en sachant que je reprendrai le chantier après avoir bénéficié de vos remarques. Attention je redeviens sérieux, presque pénible même…

Vers une subsidiarité numérique ?

Source : JP JAMBES Nov. 2011 - http://numericuss.com / jpjambes@gmail.com

Cette figure synthétique repère 9 grands objectifs qu’elle distribue selon 3 échelles d’intervention qui vont du local – communal au global – européen et 14 actions jugées indispensables. Quelques exemples.

Au niveau national et européen, les priorités en matière d’aménagement numérique des territoires consisteraient à assurer la solidarité numérique et à renforcer la position de la France comme de l’Europe dans les réseaux Web. Les actions numérotées 9 à 14 seraient des solutions utiles en ce sens. Péréquation je redis ton nom…

A une échelle infra nationale, régionale ou départementale selon les cas de figure, les principaux objectifs viseraient à diminuer le coût du transit IP et à réduire les besoins d’achat de transit via des solutions de data-centre et de peering déployées dans des hôtels télécom regroupant assez de volumes pour être efficaces en termes d’échanges et de réduction du prix de l’Ip.Il s’s’agirait également de ramener en région le trafic qui pourrait être envoyé localement via des plateformes de type CDN et donc de désengorger les réseaux. Évidemment, cela exige des data-centres professionnels garantissant toues les normes de sécurité électrique, réseau, contrôle accès (…) et de prix (de l’électricité notamment) indispensables.

Ce niveau permettrait aussi de poursuivre et d’enrichir les opérations de planification, façon SDTAN, mais des SDTAN augmenté d’une dimension services, et de mutualiser les solutions Système d’information (SI), les procédures comme les outils de gestion des réseaux. Les actions 5 à 10 suffisent-elles à ce niveau ?

Au niveau local, la priorité est bien celle du déploiement du capillaire via la pose de fourreaux de réserve dans tout programme d’aménagement et la construction des infrastructures THD proprement dites. Bien entendu, cela suppose que l’on dispose enfin, outre l’offre de prix pour la location de fourreaux de France Telecom (LFO), d’une vraie information sur l’état exact de ces fourreaux… Il y a du travail à ce niveau non ? Deux autres aspects paraissent importants à expérimenter à cette échelle. Le premier a trait à la fonction et à la nature des opérateurs d’immeubles. Le second concerne le lancement d’expérimentations de solutions alternatives de construction réseaux. J’y reviendrai.  L’objectif étant, enfin, de réellement terminer une zone et de ne plus se contenter de déclarer livrer un quartier où la majorité des prises sont en attentes dans un point de mutualisation distant de plusieurs centaines de mètre ou plus des maisons et immeubles. On n’a pas fini d’avoir de mauvaises surprises dans les annonces de déploiement à ce niveau.